Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROCK & MOVIES

Musique, disques, cinéma....

ROCK & MOVIES

Marshall Tucker Band-Long Hard Ride

Marshall Tucker Band-Long Hard Ride

Les pochettes du Marshall Tucker Band sont toujours superbes. Celle de Long Hard Ride, leur cinquième album qui sort en 1976, figure dans leur top trois. Une diligence fonce dans la plaine, on devine le conducteur affolé, les outlaws le pressent, il fouette les chevaux qui se cabrent sous la morsure de la lanière de cuir, dans un paysage de neige.

Et on démarre comme dans un superbe western avec l'instrumental "Long Hard Ride". L’incontournable Charlie Daniels fait péter son violon, et John Mc Eueun du Nitty Gritty Dirt Band son banjo. Ambiance feu de camp et concours de danse country assurée ! La production de Paul Hornsby est superbe et met particulièrement bien en valeur chaque instrument. La musique est d’approche facile, certains la trouveront d’ailleurs trop commerciale, tant l’aspect country & western est omniprésent au détriment du southern-rock dont on ne retrouve pas les thèmes fondateurs.
In fine, c’est certainement l’album le plus abordable de la première période du groupe, avec cette base musicale universelle rehaussée par le saxo et le violon. Et puis, la qualité de l’interprétation ! Doug Cray chante superbement bien, la rythmique est parfaite et Toy Caldwell à la guitare nous gratifie de chorus subtils et somptueux.
Avec le temps, on s’aperçoit pourtant qu’aucun titre ne se détache, ici pas de locomotive comme "Fire On The Mountain" ou "Searchin' For A Rainbow" pour tirer l’ensemble mais huit chansons équilibrées avec outre la chanson éponyme un superbe "Windy City Blues" ou Toy s’envole avec des notes lumineuses. Seul "You Don't Live Forever" qui clôt l’album est un peu faiblard.
Et finalement c’est le vrai paradoxe de ce groupe, pur produit du Deep South des Etats Unis (la Caroline du Sud) qui enregistre, sur le prestigieux label Capricorn de Macon spécialisé dans le southern-rock, de la musique quasiment country, qui ne dépareillerait pas dans le haut du panier des groupes du Nashville Sound. Le banjo et le violon des invités contribuent à accentuer ce grand écart, heureusement que la guitare de Toy Caldwell garde des intonations assez éloignées de la country "classique".
Certes, ce n’est pas le meilleur album du groupe, mais il s’écoute toujours agréablement, il vieillit plutôt bien et sa relative simplicité, qui était un handicap lors de sa parution, est devenu son meilleur atout.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article