Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROCK & MOVIES

Musique, disques, cinéma....

ROCK & MOVIES

THE RIDES Can't Get Enough

 

Attention Mesdames et Messieurs, voilà le retour des supergroupes !
Par ordre d'apparition à l’image : Stephen Stills, un pedigree plus long que le bras, de Buffalo Springfield à Crosby Stills and Nash en passant par Manassas, Stills & Young et son expérience de Supersession avec Mike Bloomfield et Al Kooper qui l’avait profondément et durablement marqué.
Après des années difficiles, Stills semble avoir retrouvé la pêche, comme en atteste la tournée d’été européenne 2013, malgré une voix chevrotante et souvent fausse. Aminci, le solo de guitare vif et incisif, mais un visage très marqué et des difficultés évidentes à se baisser,(il peine à ramasser une serviette par terre, c’est un roadie qui le fera).
Barry Goldberg, membre fondateur de l’Electric Flag (où Mike Bloomfield tenait la guitare, tiens, tiens...), organiste, un autre musicien qui a sérieusement bourlingué durant les quarante dernières années.
Kenny Wayne Sheperd est le jeunot de la bande, mais a déjà une longue carrière de guitariste de blues rock derrière lui avec son style à la Steve Ray Vaughan, il a d'ailleurs joué avec la section rythmique du texan pour son CD, 10 Days Out: Blues from the Backroads.

Pourquoi tout ce joli monde s’est réuni en studio pour enregistrer un CD et faire une tournée US à l’automne avec Beth Hart en première partie ? C’est une excellente question, je vous remercie de l’avoir posée.
Stills a toujours aimé les défis, préféré les aventures brèves aux groupes qui se constituent un répertoire dans la durée. Pour payer les factures il a Crosby, Stills & Nash mais à côté il adore les rencontres avec d’autres musiciens et il prend un plaisir évident à croiser le fer avec le petit jeune.
Le CD est court, mais il est ramassé, puissant avec des cover qui décoiffent, le « Search And Destroy » des Stooges, et « Rockin' In The Free World » sauvage tout à fait dans l’esprit de son frère ennemi.
Les autres morceaux sont du même acabit, du gros son, de la guitare des nappes d’orgue.
L’ombre de Manassas surgit par instant, celle des grands guitaristes de blues rock également, c’est une musique urgente, sans fioritures, un disque enregistré dans l’urgence de la rencontre, afin que l’énergie reste brute comme une longue déflagration électrique qui ne veut pas s’éteindre.
Le groupe risque d’être éphémère, mais c’est plutôt une bonne nouvelle, pas de plan, de projets marketing, juste le plaisir de la rencontre, et là on retrouve l’esprit de Supersession mais aussi de l’Electric Flag, ce groupe qui s’essayait à la synthèse improbable et périlleuse du blues, du funk et de la soul.
Peu importe finalement, c’est frais, bourré de pêche et de feeling, Stills a retrouvé ses années électriques et avec ses deux acolytes il envoie du bois.
Un mot sur la section rythmique, avec Chris Layton le batteur de Steve Ray Vaughan, et Kevin McCormick qui a joué avec CS&N, Jackson Browne, Nils Lofgren, Robben Ford, John Mayall… autant dire que le tempo est assuré !
 
1. Roadhouse
      2. That's A Pretty Good Love
      3. Don't Want Lies
      4. Search And Destroy
      5. Can't Get Enough
      6. Honey Bee
      7. Rockin' In The Free World
      8. Talk To Me Baby
      9. Only Teardrops Fall
      10. Word Game

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jipes 27/08/2013 11:48

Je vais aller me l'offrir !