Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

s miller1

Depuis combien de temps Steve Miller n’a pas joué en France?
J’écrivais, que depuis 1982 et ce fameux soir de juillet, où à Séville l’Allemagne battait la France en demi-finale de la coupe Coupe du Monde, où il se produisait à l’Olympia, jamais au grand jamais, je ne le revis en live.
L’attente a donc été longue, très longue, mais quelle récompense !
Le Zénith est loin d’être rempli même si la fosse est occupée par quelques rangs de chaise où nous nous trouvons et que les ouvreuses placent les spectateurs au feeling.
Le décor est somptueux, des arcs de guitares encadrent la scène, au milieu une guitare/Tour Eiffel.
D’ailleurs le groupe a emmené un sacré paquet de guitares que l’accordeur apporte avec cérémonie.
Démarrage sur les chapeaux de roue avec quatre titres d’anthologie, un son parfait, une mise en place impeccable avec un groupe resserré Gordy Knudtson, Joseph Wooten, Kenny Lee Lewis, et Sonny Charles, un chanteur excellent (Ma Belle me glisse à l’oreille que c’est ce genre de gars qu’il faudrait à Derek Trucks)
Difficile de rester assis, tant la musique donne envie de bouger, et la grande réussite du Joker est d’écrire des chansons qui se retiennent facilement, donnent envie de les chanter sans jamais tomber dans le rock FM.
N’oublions que notre homme a bossé avec Mc Cartney ce qui situe le niveau.
Le show continue avec un long passage consacré aux chansons de son dernier album BINGO (dont l’achat est vivement conseillé tant il est excellent) et c’est l’aspect blues qui est mis en valeur et Sonny Charles fait tanguer le Zénith sur Ooh Poo Pah Doo
Encore deux petites gâteries anciennes, et deux morceaux-hommages à l’acoustique, pour Norton Buffalo vieux compagnon de route et Les Paul.
C’est sobre, discret , émouvant, la classe quoi !

Le show continue avec Dance, Dance, Dance et la station assise devient vite inadaptée, des grappes affluent vers la scène, et on retrouve pile poil au premier rang pour Come On.
Magique, Living in the USA, alors oui, ce n’est pas un rêve, il est là juste devant moi, oui cette musique a gardé cette fraîcheur, cette joie de vivre et les paroles

I see a yellow man, a brown man
A white man, a red man
Lookin' for Uncle Sam
To give you a helpin' hand
But everybody's kickin' sand
Even politicians
We're living in a plastic land
Somebody give me a hand, yeah


Grosse émotion, j’essuie furtivement une larme, non ce n’est pas un rêve ! ! !

La fin du concert se déroule sur un nuage, le Space Cow Boy est là et bien là pour rocker dans sa jungle d’amour………La version de Fly Like An Eagle en finesse, en retenue est une pure merveille.
En rappel bien sur, l’hymne The Joker

Cause I'm a picker
I'm a grinner
I'm a lover
And I'm a sinner
I play my music in the sun.
I'm a joker
I'm a smoker
I'm a midnight toker
I get my loving on the run Wooo Woooo

Grand show, grand frisson, grosse émotion ! ! ! !
Il a dit qu’il reviendrait, aussi qu’il a rencontré notre Johnny H en 1975 à Londres mais bon….

 

smiller 2

s miller slist


Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0