Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

1363181009_southern-hospitality-easy-livin-2013.jpg

 

 

Un samedi matin d’hiver, le facteur dépose le dernier numéro d’Hittin’ the Note dans ma boîte aux lettres. Certains ne connaissent pas? J’explique ; Hittin’the Note est un magazine trimestriel US qui ne parle que de bonne musique (Allman Brothers, Gov’t Mule, Doobie Brothers, Little Feat, Grace Potter, Derek Trucks, Hot Tuna…) En le feuilletant d’un œil distrait, tout en dégustant mon Kouglof hebdomadaire trempé dans mon café au lait, en viellant à ne pas polluer mon haut de pyjama, je tombe sur une publicité d’un album d’illustres inconnus Southern Hospitality. Seul nom qui me parle, Tab Benoit (si nous ne connaissez pas désolé c’est juste une chronique pas une encyclopédie) qui a co-écrit des chansons et produit l’album dans son studio.

La pochette est sympa, une fille tatouée, dans un hamac sur la terrasse d’une maison du Sud avec le ventilateur au dessus et la végétation en arrière plan.

Je vais farfouiller sur le net pour obtenir des infos, aië je tombe sur un groupe de rock chrétien du nom de Easy Livin’. Mauvaise pioche, nouvelle recherche enfin je glane quelques  éléments…Leur site, est peu fourni, les gaillards sont relativement jeunes, avec bérets et bonnes tronches de sudistes, Damon Fowler, J P Soars et Victor Wainwright se sont rencontrés en 2011 à un festival de blues en Floride, et là le ciel s’est ouvert, et un cavalier sur un cheval blanc a dit «Voici l’avenir du Southern Rock ».

Arrête le bourbon,  Bayou, et prends tes gouttes.

Donc, en réalité ils ont décidé de se lancer dans un projet commun, recruté une section rythmique, puis écumer les clubs du Deep South.

Le CD sort chez Blind Pig Records et on y retrouve un cocktail d’influences, des Allman, Dr John, le blues rock de Tab Benoit et la l’humidité des bayous, une pointe de ressemblance avec la voix de Otis Redding, mais c’est plutôt mid-tempo, avec toutefois de superbes chorus de guitares sur certains morceaux

 

Les deux morceaux d’ouverture sont dans l’esprit southern rock avec slide, belles envolées de guitares, suivi de  « Kind Lies & Whiskey » et son piano endiablé que l’on retrouve sur « Mile After Mile »

Ambiance très soul, genre Otis Redding avec « Certified Lover”qui modifie complètement l’ambiance, c’est très soul, on croit entendre un chanteur noir des sixties.

Nouveau changement de style avec « Fried Neck Bones and Home Fries” un instrumental qui n’apporte pas grand-chose, heureusement on revient au swing avec « Shoestring Budget » qui fait irrésistiblement pensé à Commander Cody par le jeu de piano, le genre de chanson qui fait bouger du pied et donne envie de se trémousser sur une piste.

Un petit reggae ensuite “Don’t Feel Like Going There Today” excellent, mais là encore la multiplicité des styles de musique peut surprendre, même si le solo de guitare est superbe.

Retour au boogie-woogie endiablé avec “Come Back Home” à la manière du Commandeur, puis aux ambiances southern rock dans Powered For the Mountain

“Don’t Boogie Woogie”comme son titre le laisse deviner déménage au piano, enfin “Sky Is What I Breathe” qui termine le disque a des accents de « Wild Horses »; les guitares acoustiques et le dobro sont beaux à en pleurer et la voix bouleversante, un final de haute volée.

 

Premier CD prometteur de cette nouvelle formation qui mélange plusieurs styles du rock sudiste, avec des instrumentistes haut de gamme, et qui mérite une écoute plus qu’attentive !

 

Southern Livin’

Long Way Home

Kind Lies & Whiskey

Mile After Mile

Certified Lover

Fried Neck Bones and Home Fries

Shoestring Budget

Don’t Feel Like Going There Today

Come Back Home

Powered For the Mountain

Don’t Boogie Woogie

Sky Is What I Breathe

 

Damon Fowler/Guitar, Lap Steel Guitar, Vocals

Chris Peet/Drums

Chuck Riley/Bass

J P Soars/Dobro, Guitar, Vocals

Victor Wainwright/Hammond B3, Piano, Vocals

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0