Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

tumblr_mbezwkrmLA1qimn5u.jpg

Le Divan du Monde niché dans la rue des Martyrs à côté de Chez Michou et Madame Arthur est une petite salle, mais elle est loin d’être remplie pour la première venue en France de ROYAL SOUTHERN BROTHERHOOD.
Ambiance cool, donc Devon Allman fume une cigarette dans la rue en pianotant sur son portable, Cyril Neville traverse la salle avec un de ses nombreux couvre-chef, et Yonrico Scott fait la promotion de son album solo sorti cet été.
Alex and the Moonshiners ouvre la soirée, c’est un groupe du label Dixie Frog, et c’est plutôt bien, très rock/blues avec un superbe guitariste et une chanteuse qui a de la présence scénique
Puis comme d’habitude pas d’attente, les musiciens montent sur scène pour régler leurs instruments, les lumières s’éteignent et quelques instants plus tard le show démarre.
Troisième fois que nous voyons le groupe en 2012, la première, le jour de la ortie de son CD éponyme dans un club à la Nouvelle-Orleans, la seconde en juillet, en Suisse et en plein air dans la vallée de Maggia dans le cadre d‘un festival de blues et, ce soir, pour leur première venue à Paris.
Dès Fired Up on sent que le groupe a progressé, les deux guitaristes, maintenant livrent chacun leurs licks et leurs partitions Mike Zito, surtout, a musclé son jeu, il est plus incisif, Devon Allman est toujours plus lyrique, il se situe plus dans la tradition des guitaristes de southern rock alors que son compère est plus bluesy.
A la basse, Charlie Wooton a pris aussi une autre dimension, quand au batteur, qui joue sur le matériel d’Alex, il cogne toujours aussi fort.
Une heure trois quart de show, une longue, très longue et magnifique version de Fire On the Mountain, chacun des guitaristes se lançant dans une superbe improvisation et puis les morceaux du CD, Left My Heart in Memphis, Moonlight over the Mississippi….du bonheur et Cyril Neville, toujours racé, impeccable qui donne le tempo avec ses percussions.
Petit regret, le passage des « grands riffs » est écourté, mais le groupe nous joue une version d’enfer de One Way Out et puis en final, l’œil malin de Cyril s’allume pour une version époustouflante de Gimme Shelter du groupe qui, à quelques centaines de mètres, joue poussivement pour un concert privé donné par un fonds de pension…..
Encore un superbe concert, d’un groupe, qui au fil des nombreux shows progresse, avec un line-up soudé (même si Mike Zito a semblé dire à Yonrico Scott qu’il enchaîne parfois trop vite ses breaks), des musiciens, sympas ne se la pétant pas….

Nous voyons le groupe une fois par saison, ce sera où cet hiver?
Nous avons échangé quelques mots avec Yazid, qui s’occupe de la promo de RSB, un jour ils joueront dans une salle plus grande qui sera sold-out et nous serons là !
Sur le chemin du retour, nous passons par hasard devant un attroupement, des bus, des taxis, des flics, des barrières partout….Rue de Mogador, les fans des Stones sont nombreux à se geler sur le trottoir pour tenter entrevoir quelques secondes un des papys gâteux .
Pendant que le passé du rock finit de se fourvoyer ave la finance internationale, d’autres posent des jalons pour un nouveau monde musical….pour continuer l’aventure du blues et des musiques du Sud des Etats-Unis.

Choisissez votre camp!

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0