Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  81655 expo-stanley-kubrick-cinematheque-paris

Première visite à la Cinémathèque Rue de Bercy.

Et pour une exposition sur Kubrick, que je considère comme LE cinéaste du XXème siècle.

Le parcours est chronologique, des débuts américains, des courts métrages, premiers films qui dérangent, avant le premier chef d'oeuvre, en 1957 les Sentiers de la Gloire, qui ne sera autorisé en France qu'en...1972, ce qui démontre que la connerie des militaires transcende le temps.

Ce film, est un choc pour beaucoup de jeunes de ma génération, alors oui ce que les grands-pères racontent discrètement en fin de repas, c'est vrai, on a fusillé des soldats pris au hasard qui refusaient de partir à la boucherie en obéissant aux ordres stupides de généraux vaniteux et dépassés.

Déjà, Kubrick développe son style opposant la boue et l'horreur des tranchées aux châteaux où campent les généraux. Kirk Douglas est magistral, dans le rôle du colonel et les scènes des tranchées sont terribles.

Spartacus ensuite, que Kubrick ne considère pas comme un de ses films revisite le péplum, avec cette photo où les figurants qui jouent les morts ont chacun un numéro pour être dirigé.

On survole Lolita et son parfum de scandale évident, pour se retrouver dans l'univers de la guerre froide avec Dr Folamour, grand film, les scènes dans la salle de crise de la présidence US sont un régal et bien sur Peter Sellers fantastique dans plusieurs rôles dont celui du Dr Folamour où il se lâche dans une caricature follement dingue de Wernher Von Braun, concepteur des V2 et récupéré par les Américains pour les programmes de la Nasa.

Et la référence en matière de science fiction 2001, l'Odyssée de l'espace, où le génie du réalisateur explose en couleurs, en musique, en effets spéciaux, le film est un marqueur dans le genre, des tas d'autres sortiront en exploitant jusqu'au filon une idée, ou une séquence.

 

Mais la masterpiece pour moi, c'est le suivant, Orange Mécanique, terrifiant, avec deux parties (comme souvent) l'une où l'ultraviolence d'Alex explose, l'autre, celle de la rédemption obligée du même pour servir des intérêts politiques, la seconde étant pour moi plus terrible que la première. Malcolm McDowell est exceptionnel, dans ce qui restera le rôle de sa vie.

Immense film qui marquera des générations entières, pour le look, les décors, Kubrick atomise le cinéma tout entier.

Barry Lindon est à première vue, beaucoup plus gentil,longue fresque mais qui au final avec toujours deux parties pour l héros, comme le yin et le yan.

 

Shining contient pour moi l'une des scènes qui me terrifie le plus, quand les filles se transforment en spectre verdâtre.

Là encore, époustouflante interprétation de Nicholson.

Et pour la fin une idée ?

 

Full Metal Jacket m'avait laissé une impression mitigée après la première projection, mais ensuite, j'ai vraiment apprécié, encore le contraste entre le camp d'entraînement des Marines, puis la guerre dans un Vietnam reconstitué. Là encore, le plus dur n'est pas celui qu'on imagine.

Grand film finalement mieux que Platoon pour moi, mais avec une vision différente de Voyage Au Bout de l'Enfer et Apocalypse Now.

 

Le dernier Eyes Wide Shut, donnera à Nicole Kidman un rôle important, chose rare dans l'univers Kubrickien où les femmes sont peu présentes, et jamais à leur avantage (Shining)

 

La dernière partie de l'expo est consacrée aux projets inaboutis (Napoléon avec Nicholson, un film sur les camps et aux photos d'avant cinéma).

A ne ne pas rater

Tag(s) : #DIVERS

Partager cet article

Repost 0