Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le premier octobre est un jour faste, Magic de Bruce Springsteen et Revival de John Fogerty sortent le même jour. Deux légendes du rock blanc US, deux immenses talents qui ont déjà joué ensemble (la tournée Vote For Change en 2004) et bien sur les cover de Bruce tout au long de sa carrière qui a repris des tas de titres de Creedence.

Analogies mais aussi différences, Fogerty après une longue éclipse volontaire suite à un conflit avec sa maison de disques, a repris la route et le chemin des studios depuis seulement quelques années, Springsteen a mis en sommeil son légendaire E Street Band en 2004 après une immense tournée mondiale (Rising Tour) et est entré dans une de ses périodes introspectives avec la sortie d’un album acoustique Devils & Dust, puis (pour cacher un manque d’inspiration ?) The Seeger Sessions, album de reprises fleurant bon le feu de camp et le camping sauvage.

Revival, c’est du Fogerty pur jus, supérieur au niveau des compositions au précédent, Deja Vu All Over Again, avec des titres accrocheurs, des mélodies qui se retiennent très vite, une joie, une bonne humeur, une spontanéité, des clins d’oeil comme Creedence Song et Summer of Love. Douze chansons qui s’écoutent sans effort, idéales pour une longue virée en voiture décapotable, les cheveux au vent le long des routes asphaltées qui mènent à la mer.
Fogerty est un immense bonhomme, qui renoue avec la gloire et qui laisse exploser sa joie, sa revanche sur scène et sur disque. C’est simple comme un vieux 45t de Creedence mais que c’est bon ! ! !
REVIVAL

Don't You Wish It Was True
Gunslinger
Creedence Song
Broken Down Cowboy
River Is Waiting Long
Dark Night
Summer Of Love
Natural Thing
It Ain't Right
 I Can't Take It No More
Somebody Help Me
Longshot



Magic de Bruce est d’une approche moins aisée, même si, dès la première écoute, on perçoit que le groupe n’a pas enregistré ensemble les morceaux.
Radio Nowhere semble reprendre là où The Rising nous avait laissé, avec un son dense, puissant et le sax qui s’insinue brillamment, You’ll Comin’ Down est pas mal, assez classique, sans plus, de la routine pour ESB en roue libre, mais après plusieurs écoutes, la frappe précise de Max attire l’oreille, Livin’ In the Future encore du classique et toujours ce qui fait  LE son de Bruce, le saxo de Clarence sortant des profondeurs de la terre explosant en courts chorus, la signature, l’empreinte, la marque de fabrique, on ne dira jamais assez que le jeu du Big Man est fondamental à la musique du groupe.
Your Own Worst Ennemy encore une chanson sans trop de surprise avec une mise en place proche de the Rising l’urgence en moins, dans le précédent on ressentait cette gravité, cette profondeur liées aux attentats du 11/09 absente ici.
L’intro de Gypsy Biker évoque The River et le début du chant, Dancing in the Dark, mais le chant de Bruce est quasiment en retrait, il semble retenir sa voix, impression surprenante mais au final le tout est un excellent morceau.

Girls In Their Summer Clothes commence à la guitare acoustique et on retrouve la voix de notre homme, là encore c’est classique le son est là (faut pas s’en plaindre!).
Et puis alors que jusqu’ici on peut se dire que c’est bien , c’est du Bruce, on reste un peu sur notre faim, la dernière partie de l’album est somptueuse, cette petite intro au piano de I'll Work For Your Love et tout de suite le chant et le SON, le SON, eh les gars tout le monde sur le pont le Boss à la barre, le Max aux fûts, les claviers en place, les deux guitaristes qui moulinent, et hop un petit chorus merci Mister Clarence, enfin là tout le monde semble CONCERNE.
Magic renoue avec les grandes heures celles des grands albums, oubliés les errements, des dernières années, tu peux revenir à la maison Brucie tout est pardonné.

Et Last to Die est URGENT, là encore les grandes heures de l’ESB tout y est, tout ce qui fait de ce combo une formidable machine à swing, le rythme , désolé je suis allé monté le son, je vous rapelle qu’on parle de l’ESB pas des scouts de la dernière tournée, l’ESB, l’ESB, l’ESB;;; Long Walk Home c’est beau c’est la suite logique Devil’s Arcade est superbe, mais un peu en deçà car une superbe chanson termine merveilleusement ce CD de retrouvailles avec Bruce le poignant Terry's song.
Petit conseil à ceux qui n’ont pas encore écouté MAGIC commencez par la plage 6
1/Radio Nowhere
2/You'll Be Comin' Down
3/Livin' In The Future
4/Your Own Worst Enemy
5/Gypsy Biker
6/Girls In Their Summer Clothes
7/I'll Work For Your Love
8/Magic
9/Last To Die
10/Long Walk Home
11/Devil's Arcade
12/ Terry's song
Et puis la suite c’est tout de suite ici et maintenant MAGIC en live les reherseals de la future tournée, (à Paris le 17/12/2007)
Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0