Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Joe Zawinul est décédé il y quelques jours, le genre d’information qui doit bouleverser les fans de jazz mais qui, logiquement devrait me laisser indifférent, je ne suis pas un fou de jazz, je connais un peu cette musique, j’apprécie quelques artistes, mais j’ai une approche plus rock et bluesy.

Pourtant je ne peux pas oublier que ce mec a joué et écrit In A Silent Way avec Miles Davis et qu’avec Wayne Shorter il fut un défricheur du jazz-rock au début des seventies.

Le nom de son groupe était Weather Report, à l’époque avec plusieurs copains on jouait des partis de tarots interminables, avec une règle, chacun à tour de rôle choisissait et passait une face entière de 33T; Ainsi moi qui était plutôt branché heavy metal et Velvet, j’ai supporté des nuits entières Zappa, Beefheart, Weather Report, Miles Davis, Coltrane et des tas d’autres.

Avec le recul je m’aperçois que ces écoutes «subies» ont imprégné ma mémoire et ainsi en apprenant le décès de Zawinul j’ai  perdu un ami, un compagnon secret de mes jeunes années, alors je me suis replongé dans la musique de ce bulletin météo, dont les titres des albums me sont toujours familiers Black Market, I Sing the Body Electric, Heavy Weather, Sweetnighter Alors ces sons, ses ambiances, ses mélodies, elles sont restées gravées dans un coin obscur de mon disque dur personnel mais le son prodigieux du saxo de Wayne Shorter, les arabesques de Joe Zawinul, soutenues par une section rythmique impeccable. Sans m’en rendre compte, j’étais conscient, à l’époque, que ce groupe proposait une synthèse du jazz, du rock et même plus encore, cette musique d’approche difficile recélait des trésors enfouis, des plages de pure beauté.

Je suis passé un peu à côté, préférant les stridences électriques de guitares en chaleur (Weather Report jouait sans lead guitar ce que je considérais comme une hérésie). Bien des années ont passé, j’aime toujours et plus que tout la plainte d’une guitare bluesy qui résonne dans le noir, mais ‘est avec un immense bonheur que je réécoute WR et Zawinul Syndicate, quelque part au fond de moi une petite flamme s’est ravivée.

Merci Monsieur Zawinul !

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0