Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Terrien si je t'ai convoqué c'est parce que tu le mérites.
Ma divine et ô combien cérébrale conscience m'oblige à le faire.
Tes actes perfides et grossiers m'ont fortement déplu. Les sanctions qui te seront infligées dépasseront les limites de l'entendement humain et inhumain car tu as, dans ton incommensurable orgueil et ton insondable ignorance, impunément osé me défier, me provoquer et déclencher dans toute son immensité ma colère effroyablement destructrice entraînant inexorablement ton châtiment.
C’est ainsi que débutaient les premiers concerts de Magma par ce monologue contradictoire, entre la chance d’être convoqué et l’ignorance du monde de Kobaïa, planète inconnue d’où étaient issu les musiciens.
A l’époque la composition, la musique, du groupe détonaient complètement avec les habitudes, un batteur génial véritable star, peu ou pas de guitare solo, pas de synthés, mais des cuivres, une rythmique d’enfer et la voix spéciale plutôt le cri de Klaus Blasquitz.
Magma avec Gong et d’autres écumait «le circuit des MJC», musique brute, sans aucune concession, univers inventé, musiciens dévoués à la cause, je me souviens, qu’un soir dans ce qui se nommait encore la Gare de la Bastille, Magma fut interdit de scène pour avoir enfreint les règles de la tournée qu’il partageait avec Gong, Hawkwind et Man. Vander venant au micro crier sa colère.
Magma est assez éloigné de la musique que j’aime mais j’ai conservé un profond respect pour cette musique, pour l’intégrisme de Vander, pour ce groupe qui a vu défiler la crème des musiciens français, pour son univers inclassable, pour cette terrible pulsion, cette puissance scénique qui emporte l’adhésion, pour ce langage ésotérique et fou.
Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0