Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Les années 1980 ont été difficiles pour Clapton qui sort des disques moyens (Behind the Sun, August, Journeyman) englués dans des nappes de synthé, produits par l’ignoble Phil Collins.
Son statut, sa notoriété ne suffisent pas au guitariste pour imposer à sa maison de disques le projet qui lui tient à coeur depuis des années: un album de blues.
C’est jamais le bon moment.
Bizarrement, c’est le disque Unplugged enregistré pour MTV, dont c’est la grande mode à l’époque, qui va dénouer la situation. Clapton, assis, chaussé de grosses lunettes reprend en acoustique ses chansons et quelques vieux blues. Le disque fait un carton et en 1994 enfin sort Fom the Cradle seize blues, que des reprises où Eric joue magnifiquement la musique du diable.
La tournée commencera par les USA et visitera des salles moyennes comme les House of Blues, le show sera complété par d’autres chansons non reprises sur le CD (au hasard Kidman Blues et Country Jail de Bill Maceao, The Forty Four de Chester Burnett, Blues All day long de Jimmy Rodgers, Early in the Morning et Before You Accuse Me).
Clapton tel un ethnologue se penche en puriste sur ces morceaux qui ont forgé son style, lancé sa légende et ses surnoms (God, Slowhand), les décortique jusqu’à l’os et en chante les paroles avec une voix superbe de bluesman, lui qui au début de sa carrière ne chantait pas ou mal.
Il faut écouter les concerts à Chicago, à New York où à l’automne 1994 un immense musicien renoue avec la musique qu’il aime envoie valser les modes, et les mauvais esprits, pour livrer des concerts de légende.
L’histoire alors bascule du bon côté, suivront un album excellent avec BB KING, Me & Mr Johnson hommage encore à un immense bluesman, les concerts garderont des moments très blues, Cream se reformera et la tournée 2006 sera concentrée sur les guitares, celle de Derek Trucks évoquant le fabuleux Duane Allman et les solos de slide de Layla
Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0