Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On se faufile dans les premiers rangs du POPB grâce à un artifice que je ne dévoilerai pas, pour écouter Robert Cray dans une première partie très bues, bien interprété, un peu trop propre à mon goût.
C’est le genre de groupe sympa à écouter avec une bonne musique mais il manque la touche, l’étincelle qui fait vibrer.
Rapide changement de matériel et arrive le groupe de Clapton, douze musiciens, formation lourde donc, mais on n’entendra quasiment pas les choristes et les cuivres cachés au fond de la scène. De plus aucun jeu de scène des cuivres (si on compare par exemple au concert de Santana) et les choristes sont habillées comme des sacs et manquent totalement de charisme.
Les deux claviers se marchent aussi un peu dessus et j’ai trouvé Chris Stainton en deçà de ses prestations habituelles.
La section rythmique est pas mal sans plus, elle est parfois à la traîne des trois guitares.
Bien sur l’attraction du show est la présence de trois guitaristes chacun avec un son très identifiable, et le père Clapton, poussé par les deux jeunots, nous a sorti deux ou trois solos d’anthologie avec une prise de risque maximale (I shot the Sheriff, Crossroads, Got to get better in a little while).
Il faut dire que Derek Trucks est époustouflant à la slide et que Doyle Bramhall II est nettement plus percutant et inspiré que sur la tournée précédente, Layla par exemple est jouée dans sa version quasi originale au début, et Derek fait passer l’ombre de l’immense Duane Allman sur Bercy.
Par contre la construction musicale des morceaux est toujours semblable, Doyle prend le premier solo, puis Derek (en général à la slide) et Eric termine.
La partie acoustique est un peu faiblarde en l’absence d’un titre moteur comme Change the World ou Tears In Heaven mais quand même une bonne version de Nobody knows you when you're down and out.
Comme toujours avec Clapton la set list réserve peu de surprises pendant toute la tournée au contraire d’un Dylan ou Springsteen.Mais les morceaux sont sublimés par le jeu des trois guitaristes avec des bonnes surprises (Little queen of Spades, After Midnight) un super Wonderful Tonight joué très soft et un très long Old Love avec le renfort de Robert Cray.
Par contre pas de morceaux de Cream, Clapton semblant être passé à autre chose après la courte reformation du groupe en 2005.
En tout cas le concert est un mélange de blues, un peu dans l’idée du groupe de BB KING, genre de big band blues mais le show est très concentré sur les duels enfin non pas vraiment les duels mais plus exactement la succession de chorus et de solos des trois guitaristes, mais là moi j’en redemande !
On peut aussi imaginer un passage de témoin entre Eric 62 ans et Derek 26 ans, comme la fin d’un cycle entamé avec Duane et Layla, Derek Trucks étant incontestablement le guitariste dont le jeu ressemble le plus à celui de Duane;
Ou simplement Clapton a envie de se faire plaisir en plongeant dans les racines du blues là bas dans le Delta où tout a commencé, en se frottant à la jeune génération de guitaristes.
Grand concert malgré les quelques réserves qui ne portent pas sur la fabuleuse qualité des guitaristes mais sur le background sonore un peu faible.

 Eric Clapton - Guitar, Vocals Doyle Bramhall II – Guitar Derek Trucks – Guitar Chris Stainton – Keyboards Tim Carmon – Keyboards Willie Weeks – Bass Steve Jordan – Drums The Kick Horns: Simon Clarke, Roddy Lorimer, and Tim Sanders on Brass Michelle John - Backing Vocals Sharon White - Backing Vocals

 1 Pretending
 2 So Tired
 3. Got to get better in a little while
 4. Old Love (avec Robert Cray)
 5. I shot the Sheriff
 6. Anyday
 7. Back Home (acoustique)
 8. I am yours (acoustique)
 9. Nobody knows you when you're down and out (acoustique)
10. Milkcow Blues
11. Running on Faith
12. After Midnight
13. Little queen of Spades
14. Motherless children
15. Wonderful Tonight
16. Layla
17. Cocaine
Rappel :
18. Crossroads

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0