Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toujours pas de nouvelles de Forence et Hussein détenus en IRAK

 

Dix ans que GOV’T MULE existe, mais c’est leur première tournée en Europe.

Autant dire que le groupe de ce côté de l’Atlantique est une légende vivante.

A l’origine c’est un power trio avec deux ex de l’ABB.Quelques albums longtemps introuvables en France autrement qu’en import (Gov’t Mule 1995, Live at Roseland Ballroom 1996, Dose 1998, Live with a little help from your friends 1999, Life before Insanaty 2000) puis la mort du bassiste Allen Woody le 26/08/2000 vont forger la légende

Comme pour le Grateful Dead ou Phish, des fans suivent le groupe, enregistrent les concerts, la musique est disponible sur Internet, quasiment tous les shows sont en téléchargement libre sur lesite officiel.

GOV’T MULE c’est Warren Haynes guitariste surdoué, sachant tout jouer ( Il est en même temps lead guitar chez l’ABB, joue avec The Dead, collabore avec Blue Floyd, sort des albums solos acoustique), une rythmique (Matt Abs/Allen Woody à l’origine) inventive, avec un bassiste dans la lignée de Jack Bruce et un batteur superbe.

Il faut écouter ce monument qu’est le quadruple live With A Little Help…les compositions originales les cover de Black Sabbath, Hendrix, Neil Young….le jeu de guitare époustouflant de Haynes.

Un monument, dans la lignée de ces live d’exception, qui font les grands groupes de rock music.

La mort d’Allen WOODY qui dans un premier temps fait splitter le groupe, débouche néanmoins sur un projet audacieux The Deep End avec des bassistes différends sur chaque morceau, mais attention la crème des bassistes ! !

Le groupe est ainsi remis en selle ( oh quelle est facile celle-là) et embauche deux nouveaux membres, Andy Hess à la basse et u Danny Louis au claviers.

Mais Gov’t Mule ne se raconte pas, il s’écoute. Des concerts en deux parties avec des set list "à thème", par exemple celui du 18/02/2005 avec un set rasta et un autre psychédélique.

C’est ce combo, inclassable mélange de blues, de jazz, de jam band, de southern-rock, de métal, de soul qui se produit au Trabendo, la Boule Noire, premier choix ayant été sold-out rapidement.

Le Groupe fête ses dix ans au Festival de Jazz de New-Orleans….le lendemain de mon retour en France. Je vais quand même pas les rater aux States et ici ! !. Donc dès que la nouvelle a été confirmée, ma place était achetée.

Ce soir, le public n’est pas là par hasard, et je retrouve mes compagnons habituels de la galaxie springstinienne, JC qui doit connaître la route Paris/Pas de Calais par cœur, Serge qui a réussi à trouver une place en dernière minute, Eve, Agnès, Arno qui continue sa semaine de congés après deux concerts de Mark Knopfler en province..

Le Trabendo n’est certes pas une salle aussi vaste que celles où le groupe a l’habitude de se produire aux States, mais on peut presque toucher les musiciens.

20heures c’est parti pour trois heures de musique répartie en deux sets. Le premier riff de guitare transporte la salle dans une autre galaxie. Warren Haynes avec Gov’t Mule joue SA musique, il est le seul guitariste, alors que chez l’ ABB et le Dead il partage l’espace sonore avec respectivement Derek Truks et Bob Weir.

Son jeu bien sur s’en ressent, il occupe plus de place, mais l’orgue tisse habilement et subtilement des nappes qui enveloppent la scène.

Et Matts Abs ! !

Pendant le premier show, je suis quasiment devant lui ! Quelle subtilité dans son jeu, ce n’est pas le genre bûcheron/cogneur, tout est dans les poignets, il fouette ses cymbales, caresse ses fûts, change plusieurs fois de rythme pendant un morceau et surtout épouse, accompagne, prolonge, magnifie le jeu de guitare de Warren Haynes.

Le bassiste assure mais il est évident qu’il n’a pas la dimension du regretté Allen Woody.

Mais bien sur, l’attraction principale c’est Warren Haynes.

Un jeu de scène minimal, qui évoque Rory Gallagher, mais un sens de la mélodie incroyable, des improvisations toujours originales, des cascades de notes magiques.

La comparaison avec les power trio de légende est incontournable. La version de Red House est gigantesque, l’esprit de l’Experience de Jimi plane, ainsi que celui de Cream. Dans la salle un public de connaisseurs renvoie l’énergie donnée vers la scène, et les musiciens ressentent forcément ce feed back.

C’est ainsi que certains concerts deviennent magiques, quand les chorus de guitare donnent la chair de poule, quand les roulements de la batterie surprennent; quand les claviers à petites doses insèrent tel un venin des accords minimalistes accrochant les notes de la guitare. Et cette communion intime entre chaque spectateur et le groupe, les têtes marquent le tempo, les mains jouent un solo imaginaire, les pieds déstructurent la rythmique.

Devant nous, un génie de la six cordes joue She’so Heavy, que pense-t-il de jouer à paris pour la première fois le jour de son anniversaire, dans une petite salle, lui le successeur de Duane Allman chez l’ABB et de Jerry Garcia chez le Dead, deux guitaristes légendaires qui ont marqué de leur immense talent la musique US depuis 40 ans ?

On imagine là haut dans le paradis des guitaristes, Jimi, Jerry et Duane écouter les solos enflammés de Warren Haynes, goguenards, ……ils ont un héritier.

Encore que….Haynes a intégré différentes influences pour concocter une recette personnelle, où le blues, le jazz, et la musique californienne sont présentes.

Des morceaux comme Blindman In the dark qui ouvre le show, Lay You Burden Down, Trane, Birth of Mule sont tout à fait représentatifs de la musique du groupe, qui avec les claviers a étoffé sa palette sonore, tout en comblant l’absence du bassiste défunt.

Le seul léger point faible reste le chant, la voix de Haynes n’étant pas extraordinaire.

Mais vu son jeu de guitare….

IMMENSE CONCERT

Set lIst :

SET 1

Blindman In The Dark
Thorazine Shuffle
Banks Of The Deep End
Birth Of The Mule
I Think You Know What I Mean
About To Rage>
Happy Birthday>
About To Rage
Red House
Lay Your Burden Down
Lola Leave Your Light On

SET 2:
My Separate Reality
No Need To Suffer
Painted Silver Light
Trane>
Drums
Monkey Hill>
She's So Heavy
I'm A Ram
Mr. Man

ENCORE:
New World Blues

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0