Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

THE MAGPIE SALUTE

Les corbeaux noirs sont de drôles d’oiseaux. Musicalement bien sûr. Par exemple que font trois membres du groupe et pas des moindres (Rich Robinson, Marc Ford,  Sven Pipien) quand ils reforment un groupe ? Déjà ils ne lésinent pas sur le personnel !

Onze musiciens dont trois choristes sans compter Eddie Harsch qui nous a quittés en 2016 et qui était lui aussi dans le coup. Onze musiciens donc et trois guitares enfin pas vraiment car Nico Bereciartua est assez discret, mais le pistolero en chef Marc Ford pète la forme et donne sa pleine mesure…Et puis c’est Rich Robinson qui a les clefs et qui fait marcher toute la troupe, vu le nombre il faut un chef pour éviter que çà défouraille dans tous les coins.

Après il faut trouver un nom. Là avec Magpie Salute, on peut dire qu’ils ont mis le paquet. Euh Rich t’as rien de plus simple comme nom de groupe en rayon. Avec une pochette un peu bizarre, mystérieuse…

Et la musique ? Là c’est carrément balèze. Un seul morceau a été écrit pour l’album, le premier, « Omission » avec des riffs qui claquent comme au bon vieux temps, estampillé Marc Ford (en plus ils n’ont pas joué le morceau à leur concert de Paris le sept juillet) et des reprises. Des Black Crowes certes (“What Is Home”, “Wiser Time”), mais aussi  de War, Pink Floyd, The Faces et de Bob Marley. Pas vraiment surprenant toutefois, les Crowes ont toujours aimé mitonné quelques covers aux petits oignons. Quand même pour un premier CD c’est gonflé.

Mais c’est le résultat qui compte. La première écoute donne une étrange impression de décousu, de joyeux capharnaüm, mais c’est trompeur, car au fil des écoutes une cohérence (relative quand même) ressort, les univers différents se mélangent, le groupe est déjà parfaitement au point, et puis vous avez fatalement remarqué que Ford et Robinson sont de sacrés pointures au niveau des guitares.

Tout ce qui faisait le charme des Black Crowes est présent, cette pulsion rock, mâtiné de blues (« Goin' Down South » de RL Burnside) de southern-rock (même si Rich ne revendique pas la levée d’une nouvelle guitar-army), ce truc qui semble bancal, marchant sur un fil et qui pourtant fonctionne parfaitement. Les chœurs apportent une profondeur et un vernis gospel, accentué par le chant de John Hogg. Avant d’écouter l’album j’étais assez septique, mais force est d’admettre que c’est une belle réussite.

Selon Rich, le groupe s’inscrit dans la durée il ne sera pas une aventure éphémère entre deux projets solos des membres. A le voir et l’entendre en live il semble en effet que MarcFord et les autres sont très impliqués dans la formation ce qui est de bonne augure.

Pour la suite, Riche évoque la sortie d’un double voir d’un triple CD avec des chansons crées par les membres.

En attendant ce premier album prometteur met l’eau à la bouche.

 

1. Omission
2. Comin' Home
3. What Is Home
4. Wiser Time
5. Goin' Down South
6. War Drums
7. Ain't No More Cane
8. Fearless
9. Glad And Sorry
10. Time Will Tell

 

Rich Robinson - guitar & vocals
Marc Ford - guitar
Sven Pipien - bass & background vocals
Eddie Harsch - kayboards
John Hogg - lead vocals
Joe Magistro - drums & vocals
Matt Slocum - keyboards
Nico Bereciartua - guitar
Karl Berger - vibraphone
Katrine Ottosen - background vocals
Charity White - background vocals
Adrien Reju - background vocals

Danielia Cotton - background vocals

Partager cet article

Repost 0