Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

GRATEFUL DEAD CORNELL 08/05/1977

 

Faire un tri dans les albums live du Grateful Dead et en dégager les meilleurs enrgistrements relève carrément de l'exploit.

Pourtant, pour certains shows, un large consensus se dégage chez les Dead freaks, et incontestablement c'est le cas pour le show du8 Mai 1977, au Barton Hall de la Cornell University, à Ithaca, dans l’état de New York

Précisons que ce triple album est sorti à l’origine en mai 2017dans le coffret de onze CD box-set May 1977: Get Shown the Light sorti pour le quarantième anniversaire des shows mais est maintenant disponible en version trois CD, celle présentée ici.

C’est quasiment une période charnière pour le groupe avec Keith et Donna Godchaux qui sont complètement intégrés au line-up, et aussi une évolution significative dans la set-list qui voit disparaitre quasi définitivement « Dark Star », cette longue pièce musicale prétexte à des improvisations pas toujours inspirées (selon Jerry Garcia himself).

De même la longue suite « Drums/Space » qui, parfois atteindra des sommets d’ennui dans les années suivantes n’est pas encore intégré aux concerts.

Le premier set qui s'arrête après« Dancing In The Street” en début du CD2, présente des morceaux courts (enfin à l’échelle du groupe) et permet des interventions assez nerveuses des instrumentistes, avec un Bob Weir qui démontre qu’il n’est pas que le second guitariste ou un faire-valoir de Jerry mais un musicien de grand talent particulièrement épanoui.

Les titres comme ". El Paso”, “Jack Straw” ou « Mama Tried » sont concis et efficaces et amènent tout doucement à un changement d’atmosphère avec l’introduction de morceaux plus longs « Row Jimmy » et « Dancing In The Street » qui terminent délicatement la première partie et préparent la seconde.

Celle-ci est un véritable enchantement. La succession de « Scarlet Begonias », « Fire On The Mountain” et “Estimated Prophet” est superbe et permet au groupe de donner sa pleine mesure, un éclatement de sons colorés, souligné par une rythmique jamais pesante mais quand même incroyablement présente et soulignant les envolées des solistes.

Le disque 3 continue et amplifie encore cette impression de bonheur, de sérénité, de force tranquille avec les standards qui défilent et « Not Fade Away » incrusté au milieu de St Stephen. Après un long »Morning Dew » le concert s’achève très classiquement avec « One More Saturday Night »

Les fans du Dead ont chacun leur période préférée, mais il semble évident que les concerts des années 1976/1977, avant l’accident de Pig Pen, montraient un groupe soudé, délaissant les conflits d’égo, laissant les instrumentistes s’exprimer avec une certaine rigueur (ce qui n’a pas toujours été le cas) donnant cette impression phénoménale de fusion musicale que le Dead atteint parfois dans ses grands jours.

C’est le CD idéal à écouter en début d’une chaude soirée d’été, en regardant le soleil décliner tranquillement, puis se cacher délicatement, avec les derniers solos de guitares, ponctuées par les nappes et le chant envoûtant

 

New Minglewood Blues

Loser

El Paso

They Love Each Other

Jack Straw

Deal

Lazy Lightning

Supplication

Brown-Eyed Women

Mama Tried

Row Jimmy

##

Dancing In The Street

Scarlet Begonias

Fire On The Mountain

Estimated Prophet
##

St. Stephen

Not Fade Away

St. Stephen Morning Dew

One More Saturday Night

 

Jerry Garcia - guitar & vocals
Bob Weir - guitar &
vocals
Keith Godchaux - keyboards
Phil Lesh - bass
Mickey Hart - drums
Bill Kreutzmann - drums
Donna Jean Godchaux - vocals

Tag(s) : #album

Partager cet article

Repost 0