Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HOT TUNA-Live At Sweetwater

Petite précision: L’album évoqué ici est celui de Relix Records (la maison de disques du groupe) sorti en 1992.

D’autre versions existent, comme celle d’Eagle Records sortie en 2004, qui contient quatre morceaux supplémentaires «IKnow You Rider », « True Religion », « That’s Alright Mama » et « Been So Long »

Finalement l’aventure de Hot Tuna avec la maison de disques EPIC n’aura duré que le temps d’un album, le très moyen Pair a Nice Found. Reconnaissons néanmoins, que cet album a marqué le retour du groupe sur scène, en priorité dans les clubs de la baie de San Francisco.

Comme le Sweetwater à Mill Valley au nord de la ville, qui existe toujours et propose un programme de haute tenue.

Jack et Jorma sont des mecs cool, ils adorent jouer avec des potes mais aussi pouvoir rentrer peinard le soir chez eux. Alors la Bay Area est et restera leur terrain de jeu favori pendant toute la seconde partie de la carrière.

A cette période (1992) Michael Falzarano a rejoint le duo et quelques copains sont passés dire bonjour (Bob Weir, Pete Sears Maria Muldaur excusez du peu).

Le concert proposé est totalement acoustique (un autre, électrique, suivra, nommé bêtement Live At Sweetwater Two) et selon les notes de pochettes, c’est le premier enregistrement acoustique avec du nouveau matériel depuis vingt-trois ans.

Il sort donc sur Relix Records (un label fondé par Les Kippel le créateur du magazine Relix).

Les titres sont composés d’un mélange harmonieux entre les morceaux du Reverend Gary Davis, influence majeure du blues de Jorma (« Great Change », « I Belong To The Band », de titres du Jefferson Airplane (« Embryonic Journey », des « classiques » de la première mouture du groupe (« I See The Light », « Genesis »( d’autres cover dans le « Maggie's Farm » de Bob Dylan et de quelques nouveaux titres composés avec Michael Falzarano (« I'll Be There For You », « Pass The Snakes ».

On ne le sait pas encore à l’époque de la sortie de cet opus, mais cette configuration sera la pierre angulaire du groupe pendant de longues et nombreuses années, les musiciens se produisant le plus souvent en trio acoustique.

Alors même si mon cœur balance plus vers le Hot Tuna électrique, je dois admettre que c’est un bonheur d’écouter le groupe dans cette formule. C’est cool, précis, la voix de Jorma se pose délicatement sur ses accords, Jack comme toujours fait le boulot, sa basse est toujours présente, lancinante presque, mais savamment dosée, économique et l’apport de Michael Falzarano qui joue avec bonheur de plusieurs instruments augmente superbement le spectre musical.

Et puis des sacrés moments d’intensité, quand Jorma entame « I See The Light » (le titre qui ouvrait le LP The Phosphorescent Rat) on se frotte les mains. Le Thon est de retour dans les eaux du blues de l’Area Bay et même si les albums studios se feront plus rares, le poisson nous donnera toujours de ses nouvelles en proposant ses concerts de temps à autre.

Ce qu’il faut retenir encore et prioritairement est qu’il frétille encore et furieusement !

Whinin' Boy Blues
Great Change
Down And Out
Embryonic Journey
Trouble In Mind
Bank Robber
I See The Light
I'll Be There For You
I Belong To The Band
Maggie's Farm #
Genesis
Ice Age
Pass The Snakes

Tag(s) : #album

Partager cet article

Repost 0