Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anders Osborne - Flower Box

Sacrée surprise. Anders OSBORNE sort déjà un second album studio après l’excellent Spacedust & Ocean Views qui date seulement de mars.

Notre suédois est donc dans une période créative intense, on se souvient qu’au printemps 2015 il cosignait avec North Mississippi All Stars Freedom and Dreams, soit trois albums de haute qualité en dix-huit mois..

En effet cette production rapprochée ne se fait pas au détriment de la qualité comme chez certains…dont par pudeur je tairais les noms pour ne pas fâcher Neil Young ou Joe Bonamassa.

Enregistré fin 2015 à la Nouvelle-Orleans, l’album est produit par Mark Howard avec les compères habituels Brady Blade, Carl Dufrene agrémentés de quelques invités :Scott Metzger, Tchad Cromwell, Marc Broussard, David Labruyère, Rob McNelley et Justin Tocket.

Le son est nettement plus rock, très orienté sur la guitare sur plusieurs titres et le premier morceau « Different Drum » ne déparerait pas sur un album électrique de Neil Young.

On sait que le Loner fait partie des influences d’Anders et qu’il reprend souvent des morceaux comme « Down By the River » en live avec bonheur.

 

Toutefois un titre comme « St John » change complètement de registre avec une intro acoustique et un tempo très original qui est une des marques de fabrique d’Osborne. Le gars est un sacré compositeur, toujours inspiré, et il démontre tout au long des compositions présentes sur l’album.

Et comme souvent, un petit reggae, « Born » vient se faufiler. Les musiciens sont des habitués du Negril Festival qui se déroule chaque année en Jamaïque, et nul doute qu’ils ont bien écouté les rastas du cru pour parvenir à choper le beat avec tant de spontanéité.

Si on peut faire un petit reproche à l’album, c’est que (comme en live) le groupe s’égare un peu dans des improvisations qui peuvent rappeler les heures sombres du Grateful Dead (Space/ Drums) et qui allongent les morceaux de façon inutile.

Mais cette remarque ne doit pas faire oublier le fantastique potentiel du groupe et, comme déjà souligné, la formidable qualité d’écriture d’Anders, son sens de la mélodie, ses changements de tempo au milieu d’un morceau, particulièrement percutant sur « Old Country » qui démarre à l’acoustique avant de changer de rythme pour amener des riffs lourds et puissants avec le groupe qui envoie un groove d’enfer bousculant tout comme un camion lancé à fond sur l’Interstate.

Sauf erreur, Anders Osborne n’a encore jamais joué en Europe, et il semble qu’il ne soit pas vraiment pressé de revenir sur son continent d’origine (Il est né en Suède et est arrivé à la Nouvelle-Orleans à 19ans). Dommage vraiment dommage car tant en studio que sur scène lui et son groupe manifestent une créativité, une originalité qui font cruellement défaut à beaucoup de formations qui pourtant écument sans vergogne nos campagnes !

 

Different Drum
Fools Gold
Flower Box
Hurt
St. John
Born
Old Country
Strong

Tag(s) : #album

Partager cet article

Repost 0