Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BETH HART Olympia 09/11/2015

Et le marathon des concerts de novembre continue, c’est l’Olympia aujourd’hui où on retrouve une vieille connaissance French Tobacco (soupir et baîllement) en première partie de Beth Hart.

Pas facile quand on a vu la chanteuse en concert depuis plusieurs années d’être à contre-courant de la majorité du public de la salle qui était très enthousiaste. Mais entre le concert de 2012 au New Morning et celui-ci il existe un monde. Celui qui sépare une prestation d’Etta James d’un show de Céline Dion ou d’Adèle.

Certes, Beth chante toujours merveilleusement, mais le show est devenu très professionnel, sans âme. Une heure trente rappel compris, c’est le service minimum.

Certes elle arrive par la salle en chantant « Don't Explain » de Billie Holiday, sa robe la boudine un peu et Scott Guetzkow devrait penser à l’inscrire à un club de sports.

Le groupe propose un accompagnement standard, mais où sont les envolées de guitare d’antan, non tout est calibré, propre, rien ne dépasse, Beth elle-même est devenue sage sur son clavier qu’elle martelait dans « Bang Bang Boom Boom ». On remarque qu’elle contient son explosivité, son énergie à plusieurs reprises en délivrant juste ce qu’il faut de « Motherfucker » à un public ravi de s’encanailler à bon prix.

Ce n’est pas une surprise si les moments les plus beaux, les plus émouvants ont été ceux où elle est seule au piano « Stinky Feet » et « My California ».

On remarque un changement dans la sociologie du public, on est plus dans le genre variétés que roots. Beth Hart y gagne certes le succès et les billets verts, mais y perd peu à peu son authenticité, un peu comme si elle faisait à l’envers le chemin de Robert Johnson en vendant son âme au dieu dollar plutôt qu’au diable.

Un jour elle sortira un autre disque avec Bonamassa, elle continuera à remplir les salles de plus en plus grandes. Peut-être aussi elle virera son blondinet, et dans un face à face avec une bouteille de Southern Comfort nous sortira vraiment ses tripes sur scène comme Janis Joplin ou Bille Holiday.

On peut rêver.

 

Don't Explain

(Billie Holiday cover)

Waterfalls

Better Man

Bang Bang Boom Boom

I'll Take Care of You

(Bobby “Blue” Bland cover)

Tell 'Em to Hold On

Lifts You Up

Delicious Surprise

Can't Let Go

(Randy Weeks cover)

If I Tell You I Love You

(Melody Gardot cover)

Baddest Blues

Trouble

The Mood That I'm In

Stinky Feet

My California

Nutbush City Limits

(Ike & Tina Turner cover)

St. Teresa

 

Spéciale dédicace à tous les connards qui passent leur temps à filmer en nous mettant devant la tronche leur écran de merde. La prochaine ce sera un coup de talon sur l’appareil !

 

 

 

BETH HART Olympia 09/11/2015
BETH HART Olympia 09/11/2015
BETH HART Olympia 09/11/2015

Partager cet article

Repost 0