Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jon Cleary- Méridien Jazz Club 08/10/2015

Après le concert du New-Morning en avril avec John Scofield, Jon Cleary est de retour à Paris, cette fois avec son groupe The Absolute Monster Gentlemen (Jon Cleary (piano), Cornell Williams (basse), Jeffrey "Jellybean" Alexander (batterie)). De plus le concert se déroule au Méridien Jazz Club, le club de la Porte Maillot est un écrin idéal pour écouter cette musique. Retour donc à une formation plus conventionnelle, et aussi l’occasion d’entendre en live le nouvel album Go Go Juice particulièrement réussi. Comme d’habitude en ce lieu, trois set d’une heure environ, le premier axé sur le nouvel album et les compositions plus anciennes, le second plus « jazz in NOLA » avec Jon seul en scène pendant une petite demi-heure avant que ses musiciens se joignent à lui. Et le dernier show est composé de classiques de la musique de Big Easy, avec des cliens d’œil à la sérié Tremé (dans laquelle Cornell Williams a un rôle, et où bien sur le groupe apparaît). Jon est vraiment excellent au piano, il chante bien (rappelons qu’il est anglais d’origine mais qu’il a très bien intégré le feeling de NOLA, Cornell Williams a ce toucher des grands bassistes capables d’être plus qu’un accompagnateur et de balancer des lignes funky superbes, et Jellybean joue tout en finesse, la section rythmique se lançant dans des improvisations courtes mais fulgurantes sous le regard coquin de Jon. Ajoutons, que, comme souvent, les musiciens sont sympathiques et disponibles entre les set, discutant avec les spectateurs. Une superbe soirée bourrée de feeling, et de cette musique de la Nouvelle-Orleans qui mélange magnifiquement le blues, le funk, le cajun, le jazz magnifiée par l’interprétation.

Jon Cleary- Méridien Jazz Club 08/10/2015
Jon Cleary- Méridien Jazz Club 08/10/2015
Peinture exécutée pendant le concert (Nous sommes au fond mais il faut le savoir !)
Peinture exécutée pendant le concert (Nous sommes au fond mais il faut le savoir !)

Peinture exécutée pendant le concert (Nous sommes au fond mais il faut le savoir !)

Partager cet article

Repost 0