Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Johnny CASH American V - A Hundred Highways

Johnny Cash décède le 12 Septembre 2003, et American V: A Hundred Highways, sort le 4 juillet 2006 presque trois ans après.

On peut regretter cette sortie posthume, même si une cinquantaine de chansons enregistrées n’auraient pas été utilisées pour les quatre premiers volumes de la série American Recordings ce qui peut expliquer sans légitimer cette sortie.

Aussi, on a l’impression assez désagréable que Rubin a fait les fonds de tiroirs pour trouver douze chansons et ainsi sortir un autre album.

Ce sentiment est conforté par le choix des titres et leur interprétation. Pas sûr que Johnny Cash aurait validé certains titres.

Selon les notes contenues dans le coffret Unearthed sorti en décembre 2003, « Like the 309 » (qui figure sur l’album avec une autre composition « I Came to Believe ») serait la dernière chanson écrite par Cash.

Les deux compositions sont plutôt excellentes mais ne parviennent pas à donner une véritable consistance et une direction globale à l’album qui ressemble vraiment à un assemblage hétéroclite.

Il semble que les chansons proposées étaient contenues dans un ensemble, un « deuxième choix » comparé aux enregistrements des quatre premiers volumes.

Certes les compositeurs sont prestigieux, mais « Further On Up The Road” n’est peut-être pas la chanson de Springsteen qui convient le mieux à Cash tout comme « On The Evening Train » de Hank Williams ainsi que « Help Me » chanté par son pote Kris Kristofferson (sur son album Jesus Was a Capricorn).

De même l’interprétation est moins poignante, Cash semble moins concerné, comme s’il effectuait des essais et qu’il ne pensait pas vraiment que les prises seraient choisies pour figurer sur un album.

Du coup, ce disque est le moins intéressant de la série, il fait figure de bonus plus que d’une œuvre à part entière. Pourquoi ne pas avoir choisi de le compiler sur Unearthed le coffret qui annonce la couleur (déterré) et qui revendique ainsi clairement que les enregistrements sont plutôt destinés aux fans.

Certes, A Hundred Highways n’est pas foncièrement mauvais mais nous sommes à des années lumières des volumes III et IV et inévitablement le volume V souffre terriblement de la comparaison, d’autant que les titres sont puisés sur une période de temps assez longue.

Clairement, le testament musical de l’Homme en Noir se trouve dans les volumes III et IV, ici nous n’avons que de brillantes esquisses.

 

 

Partager cet article

Repost 0