Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

David GILMOUR Orange 17 septembre 2015

Le temps est gris sur Paris, mais à la Gare de Lyon le jingle de la SNCF est prometteur….David Gilmour l’utilise pour Rattle That Lock. Direction Orange avec le TGV, il pleut en Bourgogne, il fait maussade à Lyon mais à Valence, ciel uniformément bleu et soleil.

Orange, l’hôtel est à quelques centaines de mètres du Théâtre Antique, on retrouve les copains, on mange sur le pouce et on se prépare à entrer. Quel bordel ! Aucun panneau pour expliquer que les places pairs sont à une entrée et les impaires à une autre. Bon c’est à Orange on rencontre plus de flics municipaux que de stadiers…Ils ont voté comme disait Léo Ferré.

Même bordel dans l’enceinte, les places sont numérotées, pas les rangs !

Nous parvenons néanmoins à nous asseoir, et nous remarquons que toute l’Europe est là, Italiens, Anglais, Tchèques, Polonais, Allemands….Le concert prévu à 20 heures débute à 20h35….quand tout le monde est dans le théâtre !

Le cercle de lumière est présent, juste en dessous de la statue d’Auguste, mais le déploiement technique est restreint, nous ne sommes pas dans le gigantisme à la Waters.

Introduction, le son de Gilmour, la guitare de Gilmour, ce son unique, superbe, majestueux ce son qui donne le frisson. On objectera qu’il joue toujours pareil. Certes mais que c’est magnifique !

Le jingle SNCF sur « Rattle That Lock » puis un troisième morceau du nouvel album « Face of Stones ». Le son est parfait (la marque de Pink Floyd) le groupe excellent, le public attentif, presque recueilli est sous le charme. Explosion de joie quand retentit Wish You Where Here introduit par Phil Mananera, puis David, guitares acoustiques, le temps s’arrête au-dessus d’Orange, l’émotion me noue la gorge comme  à chaque fois que je suis à un de ses concerts. Encore un nouvel extrait du nouvel album « A Boat Lies Waiting » un autre de In the Island (« Blue »° et les nouveaux morceaux s’intègrent parfaitement dans la structure du concert.

Le théâtre tremble quand le bruit des machines à sous retentit, pour une superbe version de « Money » largement supérieure, par exemple à celle de Versailles en 1988, puis pour rester dans l’album The Dark Side of the Moon, un immense et grandiose « Us & Them » puis encore une nouvelle composition « In Any Tongue ».

La cloche retentit, l’énorme cloche posée sur la batterie, pour « High Hopes » toujours la guitare irréelle qui plane, parle.

Magnifique. Fin du premier set.

 

Vingt minutes d’entracte et « Astronomy Domine » déboule dans une version musclée très nettement supérieure à celle du show de Brighton en début du mois. Et les premières mesures de « Shine On Your Crazy Diamond » les notes qui montent vers la nuit, pourtant et seul petit bémol ce n’est pas la meilleure des versions live entendues. Une petite madeleine avec « Fat Old Sun » qui figurait sur Atom Heart Mother depuis bien longtemps le public est conquis, et dialogue avec les anges.

Retour aux compositions solos de Gilmour, avec « On an Island » puis le très jazzy « The Girl In the Yellow Dress » qui parvient à être intimiste tant la qualité d’écoute du public est intense, puis le dernier extrait du nouvel album « Today »

On attaque la dernière partie du set, avec « Sorrow » et « Run Like Hell » très puissant

Le rappel est dantesque, comment peut-il en être autrement avec « Time », « Breathe » et « Comfortabmy Numb »

De loin est de mes plus beaux concerts, à noter que la mise en scène était modeste, pas de vidéos, de cochon gonflable, le cercle de lumières est peu utilisée pour une concentration maximale sur la musique.

Le groupe est excellent (même si certains estiment que Gilmour ne laissent pas s’exprimer ses musiciens comme Phil Manzanera qui ne prend pas de solos), bien en place, Gilmour certes n’est pas un monstre de technique mais tant à la guitare qu’à le pedal-steel il a toujours ce son reconnaissable entre tous qui en fait LE guitariste qui détient le son original du Floyd. Ecoutez les concerts de Waters, pourtant les guitaristes sont de sacrés pointures, mais AUCUN ne sonne comme Gilmour.

Grande soirée, grand concert, immense bonheur !

David GILMOUR Orange 17 septembre 2015
David GILMOUR Orange 17 septembre 2015David GILMOUR Orange 17 septembre 2015
David GILMOUR Orange 17 septembre 2015David GILMOUR Orange 17 septembre 2015

Partager cet article

Repost 0