Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROCK & MOVIES

Musique, disques, cinéma....

ROCK & MOVIES

Johnny CASH American Recordings

Johnny CASH American Recordings

C’est en 1994 que le producteur Rick Rubin, propriétaire du label de rap American Recordings, propose à Johnny Cash de reprendre des chansons dans un concept simple et dépouillé.

Cash, qui a souvent souffert tout au long de sa longue carrière, d’une production trop présente, au détriment de sa voix et de ses paroles, accepte à condition de pouvoir choisir les chansons à enregistrer.

Rubin accepte, et va carrément enregistrer dans le living-room du musicien, à l’exception de "Tenessee Stud" et de "The Man Who Couldn't Cry"qui sont des prises live lors d’un show à Los Angeles.

Cash et Rubin choisissent des chansons, quelques-unes (quatre) composées par Johnny, les autres étant empruntées à des hauteurs comme Nick Lowe, Léonard Cohen, Kris Kristofferson, London Wainwright III, Tom Waits, et, beaucoup plus surprenant, Glenn Danzing.

La voix grave et profonde de Cash est encore exceptionnelle, et ses mots sont toujours émouvants dans cet accompagnement dépouillé.

On ressent le côté mystique et religieux de ses compositions. Cash, on le sait, est très influencé par June Carter son épouse qui l’a converti à la religion. Il est aussi obsédé par le décès de son frère Jack, à 14 ans, dans un accident alors qu’il coupait du bois avec une scie circulaire.

Aussi, on croit entendre des sermons, dans « Redemption » ou « Like A Soldier », le chant de Cash, évoquant un pasteur qui prêche du haut de sa chaire.

Aucun des treize morceaux ne sonnent country, The Man In Black, à l’automne de sa vie, souhaite revenir aux fondamentaux, aux chansons qu’il apprécie, abandonnant toute contrainte commercial, cherchant en priorité l’authenticité.

Cet album est le plus dépouillé de la série, juste une voix et une guitare.

L’album remporte le Grammy Award du meilleur album contemporain, et l’artiste est accueilli triomphalement au Festival de Glastonbury en 1994 ce que le touchera profondément et l’encouragera à donner une suite à ce premier essai.

Cet album, comme ceux de la série American Recordings, ne ressemble pas au personnage forgé par Cash, icône de la musique country, animateur du Johnny Cash Show, co-fondateur des Highwaymen.

Ici, l’homme chante et joue pour son plaisir, sans trop se préoccuper du résultat et de l’accueil de son public.

Album émouvant, hanté par la vieillesse, la rédemption, l’idée de la mort, Cash se met à nu et c’est beau !

 

Delia's Gone

Let The Train Blow The Whistle

The Beast In Me

Drive On

Why Me Lord?

Thirteen

A Cowboy's Prayer

Bird On A Wire

Tennessee Stud

Down There By The Train

Redemption

Like A Soldier

The Man Who Couldn't Cry

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article