Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MUDDY WATERS 100

En théorie Muddy Waters est né le 04 Avril 1915 à Rolling Fork, juste à côté de Clarksdale. En théorie seulement car à l’époque, les noirs n’étaient pas déclarés sur les registres d’état-civil.

Toutefois, la date de 1915 étant la plus probable, on fête cette année le centième anniversaire de sa naissance.

Aussi,  John Primer, qui a été un de ces musiciens pendant de nombreuses années, a concocté un album hommage pour célébrer le centenaire de la naissance d’un des plus influents bluesmen de son époque, l’homme qui a fusionné le blues du delta et le blues des villes, unissant Clarksdale et Chicago à travers son jeu de guitare et de slide.

Quinze titres ont été sélectionné et John Primer, en personne, ouvre le bal avec le célèbre « Got My Mojo Workin’ » qu’il chante en duo avec Shemekia Copeland.

Ensuite, pour « Still A Fool” comment ne pas inviter Derek Trucks et sa slide ?

Certes Derek n’a jamais côtoyé Muddy, mais il est, comme d’habitude fantastique, intégrant parfaitement et subtilement l’univers du blues dans son intervention.

La présence de Bob Margolin qui a accompagné Muddy de 1973 à 1980 est une évidence et « I Be’s Troubled » qu’il interprète sonne vraiment comme si le fantôme de Muddy flottait dans le studio.

Et comment faire un hommage à Muddy Waters sans la participation de Johnny Winter ?

On connaît leurs enregistrements communs, et la dévotion que Johnny avait pour Muddy et dans “I’m Ready” la slide de l’albinos est particulièrement émouvante. Cette contribution est certainement l’une des dernières du Texan décédé en juillet 2014.

Le groupe (John Primer: vocals, guitar; Bob Margolin: guitar; Johnny Iguana: keyboards; Felton Crews: bass; Khari Parker: drums) joue ensuite, “Mannish Boy” et “Rosalie” avant de retrouver d’autres invités, James Cotton et son incontournable harmonica quand il faut souffler le blues, Gary Clark Jr.:et Keb Mo, qui deviennent quasiment des spécialistes des interventions en guest sur les albums hommage, respectivement sur “Forty Days And Forty Nights” et “Last Time I Fool Around With et qui sortent parfaitement.

Ce qui transpire tout au long de l’album, c’est une impression d’unité, de cohérence, on sent que John Primer a pris les choses en main, que ce n’est pas un directeur artistique débranché qui s’est occupé du casting, et que les musiciens qui ont accompagné Muddy au cours de sa longue carrière tiennent la maison.

Cela donne un véritable album hommage et non pas une réunion plus ou plus réussie de musiciens qui tentent de tirer à eux la couverture.

Mais, comme souvent, ce genre de projet est surtout l’occasion de replonger dans les enregistrements originaux, ceux des années Chess, et, pourquoi pas, d’attaquer la lecture de sa biographie « Mister Rollin'Stone : du delta du Mississipi aux clubs de Chicago » de Robert Gordon qui vient de sortir en français.

Un superbe hommage en tout cas et un grand merci à John Primer qui sera en France cet automne pour proposer en live cet album…sans les invités !

 

Partager cet article

Repost 0