Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lurrie Bell Duc des Lombards 21/04/2015

Douce soirée de printemps à Paris, le quartier des Halles est comme toujours en travaux, et le Duc des Lombards a heureusement survécu, à l’angle du Bld Sébastopol, là où à proximité, on pouvait trouver, dans les temps anciens, la FNAC, Radio Pygmalion, l’Open Market et un peu plus loin le Mur du Son.

Si au mois d’octobre, Lurrie Bell était en formation électrique, on le retrouve ce soir avec Russ Green à l’harmonica pour un set acoustique.

Hommage aux géants du blues avec un répertoire composé de reprises de B.B. King et Muddy Waters (son guitariste préféré).

Et le jeu de Lurrie est assez fabuleux, à la guitare acoustique, ses doigts ressemblent à ceux des paysans qui cueillaient le coton, lui, l’enfant de Chicago qui a vécu en milieu urbain, connu très vite les bluesmen qui jouaient avec son père Carey. Et peut être que c’est une façon de lui rendre hommage, ce show qui plonge dans les racines du delta, avec le très gospel «My Baby » de Muddy, mais aussi, une longue et poignante version de « Death don’t have no mercy » jouée seul, et très proche dans l’esprit de celle du Reverend Gary Davis. Russ Green est excellent à l’harmonica et contribue à faire passer l’émotion, à donner l’impression d’être au fin fond du Mississippi. Et un petit coup de Lightnin’Hopkins pour « Last Night » et aussi du Loup pour « Killing Floor ».

Comme on peut le remarquer, tous les morceaux sont archi-connus, mais les deux musiciens avec leur science du blues, en donnent une lecture nouvelle et superbe.

A la fin du show, je demande à Lurrie de signer deux photos. Celle prise en octobre et le magnifique portrait qu’en a tiré mon ami Serge et je lui donne deux autres clichés.

Il m’a semblé content !

Lurrie Bell Duc des Lombards 21/04/2015Lurrie Bell Duc des Lombards 21/04/2015
Lurrie Bell Duc des Lombards 21/04/2015Lurrie Bell Duc des Lombards 21/04/2015

Partager cet article

Repost 0