Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gov't Mule Holy Haunted House

C’est la nuit d’Halloween 2007 à St Paul, et la tradition sera respectée. Gov’t Mule offre à ses fans en cette nuit orange un concert spécial et ce soir les sorcières vont avoir l’insigne bonheur d’écouter en entier et dans l’ordre de l’album, excusez du peu, Houses of the Holy, cinquième album de Led Zeppelin.

La pochette semble sortie tout droit d’un dessin animé de Walt Dysney, avec cette couleur  mauve  et cet éperon rocheux sur lequel est posé un château qui ne peut être qu’hanté.

Le premier set est constitué du répertoire habituel, nous sommes dans l’année de sortie de Mighty High, et « Play With Fire » ouvre le concert dans sa version reggae.

Mais très vite on retrouve le son de la Mule avec un superbe « Time to Confess «  où Warren nous sort un énorme solo puis les classiques du groupe « Millions Miles From Yesterday », « Birth of Mule » une reprise de « The Other One » du Grateful Dead qui se transforme en jam  et la première partie se conclue par « Blind Man In the Dark » avec des licks du dirigeable histoire d'annoncer la suite.

Le groupe aime beaucoup la musique de Led Zeppelin, et déjà le seize juin de la même année, John Paul Jones l’avait rejoint sur scène au Festival de Bonnaro pour « Moby Dick », « Livin’Lovin’ Maid et « Since I’ve Been Loving You ».

Et dès les premières mesures de « The Song Remains The Same » les sorcières lâchent leurs balais pour danser avec leurs chapeaux pointus. Audley Freed est venu prêter main fort en seconde guitare pour recréer certains effets studio, rappelons que JAMAIS le dirigeable n’a joué cet album en entier, en live, dans sa continuité.

Voyage dans le temps….1977-2007…Trente trop longues années se sont écoulées depuis que The Hammer of God a arrêté son martèlement puissant, la tournée de 1980 étant anecdotique. Alors et c’est une évidence, personne ne peut égaler Led Zeppelin dans son répertoire, mais ne boudons pas notre plaisir, la bande à Warren est plus que crédible ( et beaucoup plus à l’aise que dans son répertoire reggae).

Les musiciens ont grandi; ont été nourris à la musique, au son de Led Zeppelin. Certes, Warren n’a pas la puissance vocale de Robert Plant, Matt Abts n’est pas John Bonham, par contre son solo de batterie, intercalé entre « Dancing Days » et « D Yer Mak’er » est excellent, il ne cherche pas à faire du Bonham mais joue avec ses qualités qui son timmense.

Et les arrangements de « The Rain Song” sont réussis, comme la longue introduction de « No Quarter » une des grandes chansons live du dirigeable et « Over The Hills and Far Away » l’ombre du grand blond plane.

Roublard, le groupe termine avec « Come on Into My Kitchen » et « 12/20 Blues » deux morceaux de Robert Johnson.

Magie noire du Zep, l'âme du diable de Johnson, un soir d'Halloween, rien ne vous étonne ?

Play With Fire
Time To Confess
Million Miles From Yesterday
Rocking Horse
Birth of The Mule
Larger Than Life
Fallen Down>
The Other One Jam
Blind Man In The Dark
##

The Song Remains The Same
The Rain Song
Over The Hills and Far Away
The Crunge
Dancing Days>
Drums
 D'Yer Mak'er
No Quarter
The Ocean
Come On Into My Kitchen>
32/20 Blues

 

Partager cet article

Repost 0