Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Beth HART-Better Than Home

Evoquer le nouveau CD de Beth Hart n’est pas évident.

Cette fille est l’héritière des grandes voix du blues et du jazz, on pense inévitablement à Etta James ou Janis Joplin, ses concerts possèdent une intensité rare, c’est une bête de scène, même si elle s’est un peu assagie depuis la version torride de Whole Lotta Love au Paradiso en 2005.

Elle cartonne au niveau des ventes même en France et après avoir débuté au New Morning, fait maintenant salle comble à l’Olympia.

Tout va bien dans le meilleur des mondes alors ?

Pas vraiment, car sur disque c’est une tout autre Beth Hart.

Visiblement l’idée est de conquérir un vaste public, en donnant une musique et une image lisse pour bobos branchés.

Quand Janis mettait sa vie en jeu à chaque concert, Beth sous les regards attentifs de son mari et de son manager est mise sous surveillance. Le doux froissement des billets verts est plus important que l’authenticité de la musique.

Alors ce CD est bien produit, (on prend des requins de studio pour faire plus propre) et le management se moque totalement de l’avis de quelques « puristes » égarés du moment que la masse des acheteurs passe à la caisse en disant merci.

Certes, Beth chante superbement, toujours, ou plutôt elle roucoule le plus souvent sur des arrangements lourdingues, et surproduits. Cela me fait penser à Diane Krall, une autre superbe chanteuse, qui s’est complètement affadie au fil du temps.

 

Faisons un rêve, Beth Hart s’éclipse discrètement oubliant mari et producteur, passe au liquor-store s’acheter un flasque de bourbon, et, s’enfonce dans la nuit à la recherche d’un pianiste de jazz ou de blues. Et là sans artifices, elle chante, juste sa voix et le piano, avant de se faire choper par les gardiens du temple.

Mais à quoi bon finalement disserter, ce disque va bien marcher, certains vont encore me traiter de râleur, dire que je n’ai rien compris, qu’elle en a assez bavé pour mériter son heure gloire, qu’avoir du succès ne veut pas dire faire de la soupe….

 

Mais Beth, après un concert dans une salle chic, quand tu rentres dans ta loge couverte de fleurs et de mots de félicitations, ne rêves-tu pas, un instant seulement, de retrouver l’ambiance d’un club paumé au fin fond du Mississippi, à juste chanter sans micro devant trois blaireaux alcoolisés, la vraie musique celle d’Etta James et de Billy Holiday.

 

Car la fille qui chante merveilleusement sur  « Trouble »,“Tell Her You Belong To Me » ou “We’re Still Living In The City”mérite mieux, beaucoup mieux qu’une production léchée et calibrée pour le grand public avec des VRAIS solos de guitare qui pleurent dans les amplis et qui durent plus que quelques secondes ?

Et finalement les deux titres les plus réussies, sont « St. Teresa » et « As Long As I Have A Song » qui, ce n’est pas hasard, figurent sur l’édition de luxe, ou Beth au clavier est accompagnée uniquement d’une guitare acoustique.


Might As Well Smile
Tell ‘Em To Hold On
Tell Her You Belong To Me
Trouble
Better Than Home
St. Teresa
We’re Still Living In The City
The Mood That I’m In
Mechanical Heart
As Long As I Have A Song
Mama This One’s For You
St. Teresa
As Long As I Have A Song

Partager cet article

Repost 0