Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ROCK & MOVIES

Musique, disques, cinéma....

ROCK & MOVIES

Elliot MURPHY-Aquashow Deconstructed

Elliot MURPHY-Aquashow Deconstructed

Elliot MURPHY semble un peu à court d’inspiration ces derniers temps.
L’année dernière était sorti Intime un EP de cinq titres, et en 2015, voici Aquashow Deconstructed, qui comme son titre l’indique reprend les dix titres de son premier et superbe album paru en 1973, alors qu’il habitait à New-York. (Le musicien suite au manque de reconnaissance des USA qui l’avaient trop vite catalogué comme héritier de Springsteen, s’installera en France au début des seventies).

Et cette reprise pose quelques questions.
Déjà, il convient de préciser que l’album de 1973 est quasiment introuvable, même en CD, ou alors il faudra débourser dans les cent euros chez Ebay. Pourquoi avoir choisi de le réaliser en studio, alors qu’il pourrait être joué en live (il le sera d’ailleurs pour les habituels concerts/anniversaire au New Morning à Paris) ? Enfin, mais c’est une remarque très personnelle, pourquoi choisir son fils Gaspard pour produire l’album ?
Certes, on peut être fier de sa progéniture, mais Gaspard est omniprésent, il assure la première partie des concerts de papa (les seuls concerts qu’il fait, d’ailleurs) produit les albums, mais avec une sacrée différence: Le talent n’est pas forcément héréditaire.

Ce long préambule, ne doit pas nous détourner de la musique, et si l’album original était un coup de maître, le Deconstructed ne peut pas être mauvais.
Qui connaît l’univers de Murphy sera en terrain connu, on retrouve, sans surprise, la guitare magique d’Olivier Durand et le groupe Normandy’s All Stars (qui accompagne le chanteur depuis un sacré bout de temps maintenant).
Elliot explique : « Je définirais ce nouvel album comme la version d’hiver d’Aquashow. Je fais le parallèle avec tous les arbres sans leurs feuilles. J’ai réduit les morceaux à leurs éléments fondamentaux. Pour « How’s The Family », j’ai voulu remettre en lumière les paroles sans accompagnement majeur, afin de vérifier si elles suffisaient à elles-mêmes. »

Version d’hiver peut être, en tout cas le ton est plus mélancolique que sur l’original (c’est particulièrement évident sur « Marilyn », par contre la version de « Last of the Rock Stars » est très proche de celle qu'il joue, très souvent, en live). Les autres chansons sont plus rarement jouées en concert, sauf peut-être « Like a Great Gatsby » et « Hometown » et les nouveaux arrangements sont particulièrement soignés et réussis.

Toutefois, à choisir, je préfère l’original, qui possède ce côté intemporel qui fait sa force, et qui est composé par un tout jeune musicien avec des rêves et des idées. Le temps a passé et la version 2015, même assez réussie, permettra peut-être un nouveau pressage de l’original, quoique les ventes d’Elliot MURPHY sont certainement assez confidentielles et ne dépassent pas beaucoup le premier cercle des fanatiques qui sont présents à tous ces concerts.
La photo de la pochette a été prise à Paris chez le coiffeur du musicien et un montage a été réalisé avec les tours de New-York.
A quand un album de nouvelles compositions ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article