Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Superbe salle, La Bellevilloise, collée à la Maroquinerie dans le XXème.

On se fait piéger car ce n’est pas Ceux Qui Marchent Debout qui démarrent mais bien le Dirty Dozen Brass Band, et comme tous les « vieux » sont assis, et les jeunes devant, on va jouer des coudes pour approcher.

Quelques changements depuis la Jazz Fest 2012, avec Julian Addison (batterie) et Takeshi Shimmura (guitare) qui remplacent respectivement Terence Higgins et Jamie Mclean.

Par contre les cuivres sont toujours les mêmes, avec de gauche à droite en front line Gregory Davis (trompette, voix), Efrem Towns (trompette, flugelhorn), Kevin Harris (saxophone tenor), le très classe Roger Lewis (saxophone, baryton,saxophone soprano)  et derrière cette première ligne le superbe, le costaud, l’homme au tuba Môssieur Kirk Joseph

Le DDBB, contrairement à quasiment tous les nombreux autres brass band de NOLA a deux atouts supplémentaires. Les musiciens sont très forts techniquement et improvisent merveilleusement, et ils ont une batterie « classique » et une guitare solo qui donnent une couleur supllémentaire à leur son qui est quand même dominé par les cuivres.

Et ils envoient du lourd, Efrem Towns souffle en même temps dans sa trompette et son flugelhorn, les deux saxos rivalisent de chorus (ils auront souvent des problèmes techniques, j’ai cru que Roger Lewis allait écraser son instrument sur la tronche du mec qui ne parvenait pas à régler son niveau de son). Kevin Harris harangue la foule, le tout soutenu par le tuba de Kirk. Incroyable la puissance physique qu’il faut pour jouer de cet engin, d’ailleurs il s’assoit de temps en temps mais le plus souvent il arpente la scène. Grosse ambiance, les musiciens font monter des spectatrices pour danser, on sent leur envie de faire la fête.

Normalement notre dernier concert de l’année 2014, pas le moins bon en tout cas !

 

 

Partager cet article

Repost 0