Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aller à Besançon capitale de l’horlogerie pour voir un spectacle le jour du passage à l’heure d’hiver n’est quand même pas banal.

Dernière date française et européenne du Crossing Tour qui regroupait trois formations, Neal Black, Jesus Volt et Royal Southern Brotherhood.

Louable intention mais cette formule est  un peu lourde, réduisant les groupes à ne jouer qu’unE heure et allongeant ainsi la soirée avec les changements de matériel. Si on ajoute que le préposé à la sono à la Rodia devait être un peu sourd, au point de maintenir un haut volume pendant les intermèdes.

Vers 23h30 Royal Southern Brotherhood attaque son set. Première apparition de Bart Walker qui a remplacé Mike Zito à la fin de l’été. Notre homme n’est pas vraiment un inconnu, il avait d’ailleurs rejoint RSB lors d’un superbe concert en avril 2014 à Nashville.

Mais dès les premières mesures on comprend qu’il est encore en phase d’intégration et c’est Devon qui assure la majorité des solos, même s’il supporte des problèmes avec sa guitare tout au long du concert.

Le départ de Mike Zito, qui était l’élément blues du combo en plus d’un excellent compositeur a modifié l’équilibre musical avec un son plus roots, plus southern-rock.

« Running Water » démarre à cent à l’heure et Cyril arpente la scène, micro en main, imprégnant un tempo d’enfer ; Les musiciens sont en pleine forme, ils jouent seulement deux morceaux du nouvel album  (« Groove On » et un furieux « Rock’n’Roll ») et Devon interprète « Back to You », extrait de son dernier CD solo « Ragged & Dirty », que le groupe mettait déjà à son répertoire depuis quelques mois.

Petit reproche, un très long passage de solos basse, puis batterie qui n’apporte pas grand-chose alors que déjà le set est raccourci.

Mais ils nous refont les « classics riffs » comme à leurs débuts, les solistes attaquent les premières notes de grands classiques puis arrêtent, un autre, encore et puis ils attaquent « One Way Out » avec un superbe chorus de Bart Walker à la slide ce dernier plus à l’aise sur ce morceau qu’il jouait en rappel avec son groupe que sur les titres de RSB.

Dans la salle quelqu’un hurle Gimmie Shelter, Devon se marre, fait signe à Cyril qui avait déjà rangé ses baguettes, et c’est parti, pour un final d’enfer.

Il est évident que quand Bart sera complètement intégré on mesurera mieux son apport dans le groupe, mais déjà on ne se plaint pas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0