Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Kris Kristofferson fait partie de ces acteurs/chanteurs qui déjà ont « une gueule », celle du cow-boy nonchalant, de l’outlaw qui quitte, dans le soleil couchant,  la ville à pied, sa guitare en bandoulière, cool et débonnaire mais qui, si besoin, défend la veuve et l’orphelin.

C’est le genre de mec qui a bourlingué en touchant un peu à tout, au cinéma où il joue Billy the Kid chez Sam Peckinpah ou avec Barbara Streisand dans A Star Is Born (pas vraiment sa meilleure idée) ou encore notre Isabelle Huppert dans La Porte du Paradis de Michael Cimino.

Mais c’est aussi et surtout un chanteur, avec vingt-cinq albums au compteur et qui a fait partie de The Highwaymen super-groupe country avec Johnny Cash, Willie Nelson et Waylon Jennings à la fin des années 1980

Notre homme sort rarement des USA, mais en 2013 il a effectué une tournée européenne qui était passée le quinze septembre par Le Trianon à Paris. Je me souviens d’un excellent concert, qui ressemble à celui de Londres à l’Union Chappel quelques jours plus tard, le vingt-six du même mois, même si la set-list est quelque peu différente.

Il est seul sur scène avec sa guitare acoustique et ses harmonicas, et on pense plutôt à un Dylan ou un Neil Young qu’à une star la country music.

Mais sa voix  absolument magnifique suscite très vite l’adhésion d’autant que dès la troisième résonne ces vers :

« Busted flat in Baton Rouge, waiting for a train /And us feeling nearly as faded as my jeans/Bobby thumbed a diesel down just before it rained/It rode us all the way to New Orleans » « Sans un sou à Baton Rouge, on attendait le train/Et on se sentait à peu près aussi fades que mes jeans/Bobby a fait du stop et un diesel nous a fait monter juste avant la pluie/Il nous a emmené jusqu'à la en Nouvelle-Orléans. »

« Me and Bobby McGee », bien sur LE grand hit chanté et magnifié par une fille déjantée De Port-Arthur-Texas, couverte de boas en plumes, Janis Joplin, à laquelle le chanteur dans son dernier couplet rend hommage, Freedom is just another word for nothing left to lose / La liberté, ce n'est qu'un autre mot pour dire "plus rien à perdre"

Mais KK ne raconte pas sa vie, il ponctue chaque chanson d’un bref « Thank You » avant d’attaquer la suivante.

Le show comporte trente-quatre chansons qui dressent un véritable best of de son œuvre et chacun y trouvera son bonheur, moi j’adore particulièrement « Help Me Make It Through The Night », qui figurait sur son album Kristofferson sorti en 1970, et repris entre autres, par Elvis Presley, Joan Baez, Bryan Ferry, mais la version humoristique et dépouillée qu’il chante ici est superbe et poignante.

Il présente également quelques chansons extraites de son dernier opus Feeling Mortal mais, petit regret, il fait l’impasse sur son précédent, This Old Road qui était pourtant somptueux.

Mais ne faisons pas la fine bouche quand dans le même concert on peut écouter « You Show Me Yours Jesus Was A Capricorn », « Sunday Morning Coming Down » ou encore au hasard. « Loving Her Was Easier » et « The Pilgrim Ch 33 »

Ce disque ne rencontrera pas un large public dans notre pays, dans la mesure où il est totalement acoustique (minimaliste ?) et que ce qui fait sa force est la formidable interprétation de son compositeur.

 

 

 


Shipwrecked In The 80's
Darby's Castle
Me & Bobby Mcgee
Here Comes That Rainbow
Closer To The Bone
Best Of All Possible Worlds
Help Me Make It Through The Night
Casey's Last Ride
Nobody Wins
Feeling Mortal
From Here To Forever
The Circle
Loving Her Was Easier
Kiss The World Goodbye
I'd Rather Be Sorry - Live
##

You Show Me Yours Jesus Was A Capricorn
Duvalier's Dream
The Heart
Come Sundown
Billy Dee
The Promise
Sabre And The Rose
Jody And The Kid
Broken Freedom Song
Sky King - Live
They Killed Him
The Pilgrim Ch 33
Sunday Morning Coming Down
Silver Tounged Devil
For The Good Times
To Beat The Devil
Please Don't Tell Me
A Moment Of Forever
Why Me

Partager cet article

Repost 0