Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Wespelaar est situé en terre flamande à une vingtaine de kilomètres de Bruxelles et cette bourgade organise chaque année un festival de blues gratuit pendant trois jours le week-end du 15 août. 

Sympa cette idée d’autant que les affiches sont prestigieuses, mais le revers est que le festival attire toute une population qui se moque du blues comme de sa première Grimbergen et les deux tiers du public éclusent des bières devant les estaminets, ce qui, le temps passant,  donne des résultats improbables au niveau de leur alcoolémie.

L’avantage toutefois est que nous sommes très bien placés juste devant la scène et les dix premiers rangs sont composés d’un public de connaisseurs, avec beaucoup de tee-shirts à l’effigie de club de blues belges. Bien sur quelques poivrots manifestent bruyamment leur présence, mais en général se replient assez vite pour se ravitailler en houblon.

J’avais vu Bart Walker en concert à Memphis cette année, en guest de Royal Southern Brotherhood, et sa présence au festival m’avait incité à faire le déplacement.

Et il nous a fait un superbe show avec son groupe, il nous explique que ses guitaristes préférés sont Steve Ray Vaughan et Freddie King, et il nous joue une superbe version de « Marie As  A Little Lamb » (un de mes morceaux préférés dans l’arrangement de SRV) et en rappel « Little Wing » de Jimi. Et pour en res ter dans les cover une superbe version de « One Way Out » de l’Allman Brothers.

On pense un peu au Gov’t Mule de Warren Haynes dans son côté le plus agressif, avec des extraits de ses deux albums « Wainting in Daylight » et « Who I Am ».

Deux heures de blues-rock sans esbrouffe, même si il nous fait un solo avec son pied de micro et joue de la gratte dans le dos.

Mise en place rapide pour le grand Charlie Musselwhite, avec sa valise remplie d’harmonicas qu’il couve du regard. Un joue de puriste très blues (c’est une évidence) avec son guitariste le jeune Matt Stubbs époustouflant à la guitare ! Quel talent ! Et Charlie qui choisit ses harmonicas de façon quasi maniaque. Un grand moment de blues authentique, par un groupe très simple mais sacrément efficace.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0