Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Cette chronique s’adresse aux amateurs de southern-rock. Aux purs et durs, ceux qui ont usé leur jeunesse avec les premiers LP de Lynyrd Skynyrd, Blackfoot, Point Blank, ceux qui aiment le côté puissant, le son lourd de ces combos. Ceux qui considèrent que Lynyrd et Molly Hatchet ont trahi définitivement la cause et qui n’ont pas assez de larmes pour pleurer la mort des Allman Brothers.

Un espoir se lève, enfin…. La relève…Blackberry Smoke. Pas vraiment des perdreaux de l’année, le groupe d’Atlante existe depuis quatorze ans, cheveux hirsutes, barbes fournis et super sympathiques hors de scène.

Ils ont déjà sorti plusieurs albums studio, dont le dernier en date le remarquable Whippoorwill en 2012.

Les gaillards écument le deep south mais aussi l’Europe, ils sont venus au printemps dans un Nouveau Casino plein comme un œuf et seront de retour à l’automne à l’Alhambra de Paris dans le cadre d’une nouvelle tournée européenne.

Ce double live aussi vendu avec un DVD et en de multiples déclinaisons de vinyle couleur a été enregistré en Caroline du Nord, son titre Leave A scar (Laisser une cicatrice) situe parfaitement le projet.

Le front man c’est Charlie Starr; soutenu par les Turner brothers à la basse et à la batterie, le superbe Brandon Still aux claviers et le discret mais particulièrement efficace Paul Jackson à la guitare.

Le groupe sait écrire des chansons qui s’incrustent dans la tête comme « Six Ways To Sunday » particulièrement excellent ou « Testify «  où la voix de Charlie a des accents presque Springstinien.

Pas de « guitar army », c’est d’ailleurs le gros reproche que les afficionados font au groupe, les chorus sont courts mais efficaces, l’enchaînement des morceaux ne laisse pas vraiment le temps de souffler. Et puis ce morceau  “Ain’t Got The Blues” superbe qui démarre à la guitar acoustique, le grand moment du concert ce qui démontre les superbes qualités vocales de Charlie, rehaussées par le jeu subtil de Brandon aux claviers. Ce passage calme est prolongé par « Lucky Seven”.

Et puis pour la fin du premier CD, ils nous sortent le grand jeu, « Up In Smoke » repris par le public, Crimson Moon et le fameux « The Whippoorwill »,

La superbe intro de piano de « Everybody Knows She’s Mine » ouvre le second CD, et, comme beaucoup de groupes de southern-rock, Blackberry Smoke excelle dans les tempos moyens qui permettent au chanteur de s’exprimer et aux guitaristes d’envoyer de jolis chorus, soutenu par Monsieur Brandon Still. « One Horse Town” confirme ce propos, c’est beau, tout simplement ! Et « Lesson In A Bottle” creuse le sillon.

Et on repart dans le Deep South avec “Ain’t Much Left Of Me” longue pièce de plus de sept minutes qui est le morceau de bravoure du groupe en live. Et le morceau titre de l’album déboule à cent à l’heure, « Sleeping Dogs » encore une belle chevauchée avec des licks de Midnight Rider.

Et le final « Payback’s A Bitch”, “Up The Road”, “Shake Your Magnolia” encore de grands moments portés par la voix de Charlie, le piano et les guitares.

Et on ne parle pas des deux frangins, mais ils vont un sacré boulot, c’est du costaud, du solide.

Allez, vous pouvez balancer tous les Lynyrd Skynyrd ou Molly Hatchet sortis depuis dix ans, Blackberry Smoke a repris fièrement le flambeau ! ! ! !

Shakin’ Hands With The Holy Ghost
Sanctified Woman
Testify
Good One Comin’ on
Six Ways To Sunday
Ain’t Got The Blues
Lucky Seven
Restless
Up In Smoke
Crimson Moon
The Whippoorwill
Son Of The Bourbon

CD2:

Everybody Knows She’s Mine
One Horse Town
Lesson In A Bottle
Ain’t Much Left Of Me
Leave A Scar
Sleeping Dogs
Payback’s A Bitch
Up The Road
Shake Your Magnolia

Charlie Starr - guitar & lead vocals
Paul Jackson - guitar & vocals
Brandon Still - piano & organ
Richard Turner - bass & vocals
Brit Turner - drums & percussion

 

Partager cet article

Repost 0