Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Si on fait un rapide tour d’horizon des 45 ans de carrière de Carlos Santana, on peut dégager schématiquement plusieurs périodes.
*Celle des trois premiers albums, boostée par la performance dans Woodstock, un succès presque imprévu, mais une musique superbe qui mélange le rock, le latino, les percussions et le côté gang chicanos.
*Caravanserai amorce le début d’une période jazz plus apaisée où notre homme sous l’influence de John Mc Laughlin, d’Alice Coltrane et de son gourou (aïe) approche le jazz.
*En 1976, retour à la (bonne) musique « commerciale » avec Amigos et son tube Europa, et après, cela devient plus compliqué, une longue période d’errance d’Inner Secrets à Blues for Salvador où notre Carlos tente désespérément de trouver une recette, un son sans grande réussite commerciale.
*Retour au jazz, sous influence Miles Davis, Wayne Shorter avec Spirits Dancing in the Flash et Milagro, mais le son de Santana est très particulier et s’accommode mal du jazz.
*Après une tentative « familiale » avec Brother, on arrive aux années 2000 avec Supernatural, et une succession d’albums plus que moyen jusqu’au désastre de Guitar Heaven: The Greatest Guitar Classics of All Time, où il reprend des titres d’autres grands guitaristes.

J’ai assisté à une bonne quinzaine de concerts de Santana et je suis sorti après cinq morceaux quand il jouait en live cet opus. Autant dire, qu’en 2014, on n’attend pas grand-chose de nouveau. La grande idée est de faire un album latino (moi qui croyait que Santana faisait du rock latino, j’en apprends une belle !), donc il va chercher quelques chanteurs espagnols ou cubains, enfin qui parlent espagnol, et en voiture Simone ! Les deux premiers morceaux pourraient être l’œuvre de n’importe quel autre groupe, c’est de la variété latina, « Mal Bicho » est pas mal foutu mais surtout, Carlos nous fait ce qu’il sait le mieux faire un putain de solo de guitare ! Après un morceau qui se nomme « Oye 2014 », que celui qui trouve le morceau d’origine téléphone au standard, il gagne le droit de rejouer !

Ziggy Marley ensuite, inévitable vu que Carlos aimait beaucoup son père, mais là on n'est plus dans le latino mais en plein reggae, allez c’est un bon moment, on pardonne ! On zappe un peu pour arriver à un autre bon solo de guitare sur la plage avec Diego Torres « Feel It Coming Back » assez couillu. La grande réussite arrive enfin, avec « Yo Soy la Luz » le sax magique, intemporel de Wayne Shorter envoie tout le monde vers les étoiles, Mme Santana est à la batterie, et du coup le père Carlos, il rajeunit de trente ans et il nous pond une sacrée partie de guitare, comme quoi il reste un peu d’espoir ! C’est chaud-bouillant là ! Une petite mièvrerie à la guitare acoustique pour faire chavirer les corazon, et on se réveille brutalement sur un rythme endiablé, Samuel Rosa revient chatouiller Carlos qui retrousse ses manches, la guitare est bien présente au côté des autres instruments. Gloria Estefan de nouveau avec un autre titre, et je ne vois pas l’intérêt pour Santana d’accompagner cette chanteuse sauf pour tenter d’entrer dans les hits latinos. Et on termine sur une banalité confondante avec « Amor Correspondido » ! !

Au final quelques belles pièces de musique, noyées dans un océan de guimauve, dommage, que Wayne Shorter ou Omar Sosa lui propose une collaboration... Un truc original... Santana doit quand même avoir assez de blé pour faire de la musique non commerciale... Car il est toujours un immense guitariste !

Partager cet article

Repost 0