Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Robert Plant n’en finit plus de payer son tribut aux musiciens du Delta, et il multiplie les actions pour se faire pardonner le pillage zeppelinien. C’est peut-être l’explication pour comprendre la présence de North Mississippi All Stars en première partie de son concert au Bataclan.

Leur prestation en octobre 2013 à la Boule Noire devant un maigre public avait été pourtant un grand moment, et celle du Bataclan l’a confirmée. Une quarantaine de minutes de folie, avec des extraits de leur dernier CD, et toujours une descente dans la fosse, les trois musiciens prenant des percussions, puis des chorus de guitare foudroyants, avec une énergie terrible, leur musique puise aux racines du blues mais devient un melting pot de blues, de rock, de soul, propulsée par une envie de jouer, de faire la fête, de donner une énergie positive.

NMAS est un groupe fantastique, à ne pas louper, il ouvre tout l’été pour le grand blond en Europe.

Parlons-en de Robert, dur ; dur  quand il arrive, vieilli une sorte de pâtre grec, avec un groupe assez bizarrement construit, mélange d’ex-Portishead, et de musiciens africains. Justin Adams à la guitare est particulièrement énervant, essayant de jouer au guitariste killer, avec mimiques, et sauts qui déclenchent chez moi un bâillement ennuyeux, la rythmique est pachydermique et quand les morceaux du dirigeable sont joués, on a envie au mieux de faire un procès, au pire de commettre un meurtre ! Juldeh Camara est un excellent musicien, mais son instrument et sa musique ne se mélange pas avec le son du groupe, le pire étant l’arrangement de Whole Latta Love arrêté en plein milieu pour lui permettre de faire un solo.

Le seul morceau du Zep qui est convaincant est Going to California, à l’acoustique, sinon quel intérêt de reprendre les morceaux en les habillant de sonorités africaines ou pire en essayant de les jouer comme Page.

Liam Tyson est un bon guitariste, mais qui peut jouer le chorus de WLL comme Page ? Quel batteur peut cogner comme Bonzo ?

Ce n’est pas de la nostalgie, mais heureusement que le show fut court (à peine 1h30) car cela en devenait pathétique même si le public semblait apprécier.

La voix de Plant reste excellente, même si elle est boostée par les effets spéciaux, mais il n’ a plus le physique et vraisemblablement l’envie de jouer les rockers. Le nouveau morceau Rainbow est symptomatique, entre riffs gras et passage au violon à une corde, il mélange sans les assembler deux cultures musicales.

 

 

  1. Babe, I'm Gonna Leave You (Joan Baez cover)
  2. Tin Pan Valley
  3. Spoonful (Howlin’ Wolf cover)
  4. Black Dog (Led Zeppelin song) (Preceded by a Banjo intro)
  5. Rainbow (New Song)
  6. Going to California (Led Zeppelin song)
  7. The Enchanter
  8. Little Maggie
  9. What Is and What Should Never Be (Led Zeppelin song)
  10. Fixin' to Die (Bukka White cover)
  11. Whole Lotta Love (Led Zeppelin song)
  12. Encore:
  13. Satan Your Kingdom Must Come Down ([traditional] cover)
  14. Rock and Roll (Led Zeppelin song)

 

Justin Adams guitare

John Baggott – claviers.

Juldeh Camara - one- string African Violin)

Billy Fuller –bass 

Liam “Skin” Tyson – guitar

Dave Smith - batterie

Partager cet article

Repost 0