Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

On peut se demander si GDP ne recrute pas à moindre frais les premières parties de ses concerts. Après French Tobacco, c’était Fränck (avec un tréma merci) qui ouvrait au Trianon.

Enfin, juste avant 21 heures, Sarah Morrow arrive avec son trombone et nous annonce Miiiisssttteeerrrrr Drrrrrrrrrrrrrrr   Jjjjjjjjooooooooohhhhhhnnnnnn, et le voilà qui arrive en se dandinant, appuyé sur deux cannes aux motifs vaudou, l’air vieux et fatigué mais on sait bien qu’il en rajoute un max.

Le groupe est différent de celui vu à Montreux en 2012, seule Sarah est toujours là, plus de cuivres, plus de Jon Cleary, mais toujours le même fun.

La set list est peu modifée également même si on retrouve les morceaux phares du dernier CD , Locked Down et Revolution.

Aucun doute, Dr John est une référence à la Nouvelle- Orleans et sa musique transpire sa ville par tous les pores de sa peau, ce funk moite qui sent la mousse espagnole et le bayou, cette section rythmique impeccable, ses chorus de trombone, et puis la voix si spéciale, et le jeu de piano subtil et souple de notre Doctor.

Le concert est court, 1h40, et le passage instrumental où chacun y va de son solo un peu long, mais c’est très dense, très remuant, à presque 75 ans, il est toujours là et bien là, le crâne (de son pire ennemi ?) posé sur le piano, costume dans les tons mauve et look de grand prêtre vaudou.

Il en  a connu des modes, vu des musiciens, mais il a conservé ce son, le son de cette ville meurtrie, quasiment abandonnée par Bush, mais qui renaît toujours et toujours !

Les arrangements font penser à Zappa par instants avec ce funk débridé….

Et puis, on espère que nous fêterons Mardi Gras 2015 in New Orleans avec lui ! ! ! !

 

Dr John Chant, Piano

Reggie Jackson Drums

Dwight Bailey Bass

Dave Yok Guitar

Bobby Floyd Clavier B3

Sarah Morrow Trombone

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0